Nom d'une Plume !

Le forum où vos mots n'attendent qu'à être lus...
 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Neuf moins Un...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
°Yul'Dwin°
Reine des Plumes
Reine des Plumes
avatar

Féminin
Nombre de messages : 452
Age : 33
Localisation : Metz (57)
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: Neuf moins Un...   Mer 9 Juil - 20:01

[ . . . ]



Son compagnon de lit tente en vain de se dissimuler sous la masse de couette entre Shonna et le mur. Ma sœur remonte d’avantage le drap sur son buste.

« Te gêne pas surtout ! T’aurais pu toquer quand même !
- Chose que j’ai fait ! dis-je en traçant ma route jusqu’à son bureau. »

Enfin… peut-on vraiment parler de bureau ? C’est plutôt une coiffeuse qui peut éventuellement servir de bureau, en cas d’urgence.

« Mais ça ne répondait pas.
- Si je n’répondais pas, c’est p’t être parce qu’je voulais pas être dérangée ! me lance-t-elle en m’assaillant de ses braises.
- C’est bien pour cela que j’ai pris la peine d’entrer ! »

Je dépose mes notes et le recueil d’Hamlet sur la surface du bureau improvisé.

« Ca m’aurait vraiment gêné que tu daignes t’interrompre pour m’ouvrir la porte, j’ajoute avec ironie.
- Ouais ben la politesse, ça s’apprend Gan !
- Tiens donc ! Tu as appris la politesse depuis ta dernière irruption dans ma chambre ? »

Shonna baisse alors le regard en une moue vexée d’avoir été vaincue au dernier round.

« Je t’ai déposé mes notes pour ton devoir sur Shakespeare. Il y a le plan de la dissert’ et le résumé des idées générales. J’te fais confiance pour ce qui est de la broderie. »

Elle lève alors légèrement la tête, sans réponse. Rien que son regard rempli de noirceur rancunière. Je profite de ce moment où je peux me poster face à elle, la prendre de haut, la remettre à sa place. L’une des rare fois où je me sens fort face à elle. L’un des rares moments où j’ai l’impression d’avoir un minimum d’influence sur elle. Un échange de regard bouillant de rivalité, des traits faciaux rigides prêts à déclencher la guerre. Mais il n’en est rien : je cesse le combat. Je tourne les talons pour couper tout contact visuel.

« Surtout ne me remercie pas. »

Et je m’avance à pas déterminé vers la porte.

« Au fait… Salut Dean, ai-je le temps de lancer d’un ton froid le temps de fermer la porte dans mon dos. »

Je le devine se relever de sa cachette de draps, regardant ma sœur avec un air ahuri, comprenant à peine comment j’ai pu deviner sa présence dans le lit de Shonna. Je la devine respirant sa colère à plein nez, ne faisant même plus attention à son compagnon de coït, juste elle et la rancœur qu’elle rumine entre ses dents serrées. Mais me devinent-ils les poings refermés, l’envie de frapper tous les murs, les larmes de colère s’aiguisant sur mes paupières inférieures ? Me devinent-ils meurtri par leur trahison commune ? Lui se prétendant mon ami, lui se croyant assez fort pour résister au piège de ma sœur. Et elle… Elle… Elle le sait pourtant ! Elle en a conscience ! Et c’est d’ailleurs pour cela qu’elle arrive à me mener par le bout du nez. Toujours passer de l’inquiétude à la colère rien que pour ses beaux yeux de cendres et de glaces, pour son minois de princesse des temps modernes. Ce soir, cette colère a désigné trois cibles. Par ordre croissant d’importance : Dean, Shonna et moi. Oui ! Moi… En colère contre moi pour être si naïf… si conciliant… Trop gentil… trop généreux… Trop habitué à laisser faire et à fermer les yeux. Ce sentiment qui ronge mes entrailles, si négatif. J’ai besoin d’air. Il faut que je me ressource. Je dois sortir… Sortir faire un tour, histoire de m’aérer l’esprit et revenir plus léger.



*##*###*##*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nomduneplume.forumsactifs.net
renaud
Juge Plume
Juge Plume
avatar

Masculin
Nombre de messages : 112
Age : 28
Localisation : tout dépend de là où je suis
Date d'inscription : 10/05/2008

MessageSujet: renaud   Jeu 10 Juil - 1:06

j'aime bien ce chapitre, je le trouve tres tres bien écrit, mais j'avoue que je ne m'attendais pas vraiment à cela...
En fait, je pensais que tu donnerais plutôt suite à cette espèce de "face à face" avec le chat...
pressé tout de même de lire la suite !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Neuf moins Un...   Ven 11 Juil - 16:20

Bon déjà, ça va trop vite (hein juju^^)

Sinon je vois pas pourquoi un Warning pour si peu? M'attendais à un gros paragraphe bien détaillé finalement y'a trois murs qui tremblent en fait^^

Au contraire de Renaud sinon, content qu'il n'y est pas de chat Smile

Mais pas de chauffeur de bus nan plus snif

Chapitre bien écrit même si je ne trouve pas vraiment l'intérêt de faire surprendre shonna et dean par megan à moins qu'elle ne s'enerve contre lui par rapport à son entrée et qu'elle ne provoque finalement sa mort par accident...

Wait for it Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Neuf moins Un...   Sam 12 Juil - 3:27

Bon... bon bon. Bah je trouve que tu mets beaucoup de toi en Megan, et ca ressort vraiment beaucoup dans ce chapitre, le fait qu'il rejete un peu les gens pour finalement ne s'attacher qu'a sa soeur et surement trop, le film, le fait de pas vouloir déranger ou de profiter, le fait qu'il se bien quand il se sent en position de force, supérieure, comme dans la dernière scène. Pour moi ca fait pas de doutes, voulu ou pas je sais pas, mais tu entres bien dans le personnage quand tu écris. Vala c'était ma petite observation.

Sinon au niveau de l'histoire, c'est un chapitre qui va me faire beaucoup moins aimer Megan, que j'aimais pourtant beaucoup, sa réaction et son comportement à la fin de ce chapitre sont franchement nuls. Je vois pas de quoi il se mêle, il est vraiment trop obsédé par sa soeur, comme je le disiais déjà plus haut, il a qu'elle et du coup il l'ettoufe un peu. Oui elle fait des conneries, elle se laisse aller et il faut qu'il soit là pour la remettre un peu dans le droit chemin de temps en temps mais là ca va quand même trés loin. Bon aprés le fait que ce soit son pote c'est pas évident à gérer c'est vrai, ca je comprend. Mais les refroidir en plein acte comme ca, quel enfoiré si vous me permettez. Le seul contre qui il devrait être en colère c'est lui même et ca tu l'as trés bien montré. S'il veut qu'elle se réveille il va de voir la lacher un peu, en commencant par arrêter de toujours l'aider par exemple.
Et en même temps, leur situation est quand même spéciale. Ils ont pu de parents, Megan veille sur sa soeur depuis tout ce temps, elle est tout pour lui, elle passe même surement avant lui-même donc dans un sens tous ses actes s'expliquent. Mais ne serait-il pas aussi jaloux que se ne soit pas réciproque ? Que Shonna arrive aller de l'avant et profiter de la vie. Et du coup il essai de tout saboter.
Non elle est franchement trés profonde et intéressante cette relation, le personnage de Megan aussi, il peut-être enervant mais on arrive aussi à le pardonner vu la situation.
Pressé de voir ce que cette relation va donner une fois megan en chat.

Sinon un passage qui m'a beaucoup plu, dans lequel je me suis reconnu : Ce film continue à ravager mon for intérieur, malgré le blindage que j’endurcis d’année en année. En un sens, le regarder me rassure : je ne suis pas encore un monstre insensible et inhumain. Il est la garantie de l’authenticité de mes sentiments. Tant que ce film persistera à me retourner le cœur, me serrer les entrailles et mouiller mes yeux, je serai sûr que d’être encore sain de cœur et d’esprit.
C'est exactement la même chose pour moi avec une certaine série pour ados. Et c'est une partie de moi que je ne veux jamais perdre.

Et bien voilà, chapitre trés sympa et il se passe quand même pas mal de choses quand on prend le temps de les analyser. Tu écris toujours aussi bien ca y a pas de soucis, les descriptions, les détails, les métaphores, etc.
Bravo ma puce et vivement la suite Smile
Revenir en haut Aller en bas
°Yul'Dwin°
Reine des Plumes
Reine des Plumes
avatar

Féminin
Nombre de messages : 452
Age : 33
Localisation : Metz (57)
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: Neuf moins Un...   Jeu 17 Juil - 0:06

Merci pour tous vos commentaires qui me font toujours autant plaisir. Me revoilà à mon grand étonnement pour vous servir le tout nouveau chapitre ! Ca m'a pris j'ai tout tapé ce soir (inspiration quand tu nous tiens) ! En espérant que ça va vous plaire. Petite dédicasse a Jeff qui trouvera satisfaction à la fin Wink



Chapitre 6 : De la colère aux larmes…


La pluie continue de battre le macadam et tout autre élément qui compose le paysage urbain, ne se laissant apercevoir que sous la lueur de certains réverbères. Cela doit bien faire près d’une demi-heure que je tourne et tourne en rond autour du quartier en quête de calme, de sang froid. Une demie heure et il n’en est rien : j’ai toujours cette sensation que la pluie s’évapore en contact avec ma peau, cette impression d’être une personne brûlant de colère et de frustration. Ni perles d’eau, ni courbes citadines ne parviennent à me changer les idées. Je n’arrive pas à comprendre… Pourquoi ? Pourquoi cette trahison ? Pourquoi en suis-je si affecté ? Shonna, ses jeux de séduction, je devrais y être habitué. Que ce soit Dean ou un autre, c’est du pareil au même. D’ailleurs, ai-je déjà considéré Dean comme un ami ? Tout juste comme de la compagnie à nos cours communs. Il est vrai qu’il a réussi à plusieurs reprises à me dérober un sourire amusé, un éclat de rire étouffé parfois. Chose qui me surprend encore : il est bien le seul en quelques années, mise à part Benny, à y parvenir. Peut-être ai-je du mal à m’ouvrir, du mal à me laisser prendre à quelques jeux, quelques plaisanteries… La dernière fois que j’ai joué un tour stupide à quelqu’un remonte si loin. Quelques heures plus tard, je m’en suis voulu. Je venais de réaliser que la vie ne tenait qu’à un fil, qu’elle était trop importante pour la gâcher en quelconques blagues de mauvais. Un événement tragique n’est certes pas une excuse pour perdre le sens de l’humour, mais mes responsabilités m’ont pris de cours à cette époque, et au vu de mon jeune âge je ne pouvais que me concentrer sur mon devoir de frère ainé.

Les pas entrainés par mon inconscient, mes pensées guidant le reste, je passe pour la énième fois devant le foyer. Je lève les yeux vers les fenêtres, la pupille rivée sur celle de la chambre de Shonna : les lumières sont éteintes. Il m’étonne qu’elle se soit déjà couchée. Petite vérification de routine, je remonte ma manche pour distinguer les aiguilles de ma montre : plus d’une heure et demie du matin.

« Maou ! »

Non ! Je rêve ! Je souhaite secrètement me tromper, mais prends malgré tout le risque de confirmer mes soupçons en me retournant par la droite. Le matou de cet après-midi se trouve effectivement derrière moi à une vingtaine de mètres, toujours aussi pataud, toujours aussi nonchalant, les yeux toujours aussi implorant, et cette expression qui fait mine de nier toute demande implicite. Je fronce le sourcil pour paraitre menaçant. S’en va-t-il pour autant ? Pensez-vous ! Il choisit même de faire quelques pas vers moi, cet air naïf convaincu de s’être fait un ami.

« T’en as pas marre d’être dans mes pattes, toi ? »

Et cette boule de poils qui continue de s’approcher. Je veux bien admettre que le langage humain ne soit pas compréhensible par les animaux, mais mes intonations devraient tout de même le mettre sur la voie : il n’est pas du tout le bienvenu !

« J’suis pas ton pote ! je m’exclame sur quelques pas à reculons. »

Décidément têtu ! A moins qu’il ne soit stupide. Le félin s’avance d’un pas de plus en plus déterminé, une sorte de petit trop. Je continue à reculer, sans un regard dans mon dos.

« Ecoute miteux matou, Tu ferais mieux de dégarpir ! Je suis vraiment pas d’humeur ce soir ! »

Rien n’y fait : le chat n’est plus qu’à trois mètres de moi.

« Ca suffit : t’m’lâches maintenant ! je lance sèchement. J’en ai ma… »

Me voilà coupé dans mon élan par une bousculade. Mon inattention y est pour quelque chose : j’aurais mieux fait de jeter un coup d’œil par-dessus l’épaule de temps à autre pour éviter un réverbère, un abribus, une… jeune femme blonde en imperméable beige.

« Excusez ma maladresse, je m’empresse de dire en m’agenouillant pour ramasser le sac à main qu’elle a lâché lors du choc. J’aurais du regarder où j’allais. Je ne vous ai pas fait mal, au moins ? »

Je me redresse, croisant ses prunelles déguisées d’argent par l’ambiance nocturne. Le minois rond mais harmonieusement dessiné, les lèvres fines et discrètes, les cheveux mi-longs bouclés par la pluie : une jeune femme charmante qui n’attirerait pas l’œil dans d’autres circonstances. Elle baisse la tête pour éviter tout regard, peut être par timidité, mais j’ai l’impression que la crainte d’une mauvaise rencontre motive son geste.

« Non, non, ça va. Merci. »

Ne voulant l’effrayer plus longtemps, je lui tends son bien qu’elle hésite à reprendre. Une main tremblante se décide au bout de quelques secondes. La jeune femme esquisse alors un sourire gêné.

« Merci pour le sac.
- C’est tout naturel, Mademoiselle. Excusez-moi encore pour mon manque d’attention.
- Il n’y a pas de mal. Moi aussi… »

Elle se coupe volontairement pour jeter une œillade par-dessus son épaule.

« Moi aussi, je ne regardais pas vraiment où j’allais.
- La faute est partagée, j’ose sourire. »

Elle acquiesce d’un signe de tête, un léger sourire sous un voile de timidité en réponse au mien.

« Je… Je suis désolée, je…
- J’ai compris.
- Bonne soirée… Et… merci encore, lâche-t-elle en s’éloignant. »

Je suis resté immobile sous cette pluie diluvienne, à la regarder rétrécir dans mon champ de vision, jusqu’à en disparaître. Pour quelle raison ? Je ne saurais dire. Je ne pense pas qu’il soit question d’une quelconque attirance, bien qu’elle soit agréable à regarder. Je n’adhère aucunement au principe du coup de foudre. Non ! Je pense plutôt qu’elle a réveillé une certaine curiosité : que pouvait-elle faire dehors à cette heure de la nuit par un temps pareil ? Question qu’on pourrait me retourner certes. Elle avait très certainement ses raisons. Mais pourquoi paraissait elle si effrayée ? Pourquoi donnait-elle cette impression d’être suivie ? Autant de questions sans réponse aussi inutiles que vides d’intérêt qui m’immobilisent à un carrefour du foyer. J’en avais presque oublié le chat ! Tiens d’ailleurs, où était-il passé ce fichu matou ? Avait-il fini par comprendre ? Cela faisait deux fois en moins de vingt-quatre heures qu’il croisait mon chemin, deux fois qu’il me suivait, deux fois qu’il avait disparu sans laisser de trace. C’est à n’y rien comprendre. Cela dit, cette bestiole et cette autre brusque rencontre auront eu le mérite de me changer les idées. Il est donc temps de rebrousser chemin. Il est deux heures moins le quart, et demain il y a cours. D’un pas vif et déterminé, je reviens vers le foyer, trempé jusqu’aux os. J’espère ne pas avoir attrapé une pneumonie ou autre chose.

[ . . . ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nomduneplume.forumsactifs.net
°Yul'Dwin°
Reine des Plumes
Reine des Plumes
avatar

Féminin
Nombre de messages : 452
Age : 33
Localisation : Metz (57)
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: Neuf moins Un...   Jeu 17 Juil - 0:17

[ . . . ]


Arrivé sur les marches de l’entrée principale, je fouille mes poches à la recherche de mes clés, les extirpe, la clé de la porte blindée en main. Une fois à l’intérieur, je prends soin de bien essuyer mes chaussures sur le paillasson pour éviter que les semelles ne crissent sur le sol ciré. Je monte les marches à pas de loup, l’heure tardive ne me permettant pas de faire de bruit. J’arrive à mon étage, trousseau en main, la clé de ma chambre prête à être insérée dans la serrure. Sur le seuil, main sur la clenche, la porte s’ouvre d’elle-même. J’avais pourtant verrouillé ma chambre ! Une faible lumière se reflète sur les murs, ce qui signifie que ma lampe de chevet est allumée. Je pousse la porte : Shonna m’attendait, assise sur mon lit, les yeux remplis de rancune. Je m’immobilise, croisant les bras, ne pouvant retenir ce soupir agacé.

« Qui parlait de politesse tout à l’heure ?
- La ferme Gan ! »

Je ferme la porte brusquement. Je ne supporte pas quand elle me parle sur ce ton.

« Qu’est-ce que tu fous là ?
- J’me fais les ongles ! »

Quelques secondes de silence se faufilèrent, espérant fuir l’ambiance de plus en plus oppressante.

« A ton avis !
- Tu te crois bien placée pour me faire la morale Tite Teigne ? je lance en retirant mon sweat trempé pour le poser sur le radiateur.
- Gan, je suis sérieuse ! J’en ai marre de ton attitude bordel ! Toujours à me suivre, à me surveiller, à me pourrir la vie en permanence !
- Et tu t’es jamais demandé pourquoi ?
- Parce que t’es un chieur ?
- Parce qu’il n’y a personne d’autre pour le faire ! je hausse le ton en me retournant vers elle.
- J’m’en passerais bien !
- Crois-moi Shonna : le jour où je cesserais de veiller sur toi, tu le regretteras.
- Tu parles ! Ca m’fera des vacances !
- Mais… ! »

A croire que mes nerfs se préparent à une symphonie de colère et de rage, les voilà qui se tendent comme les cordes d’une harpe, prêt à lâcher dès la première note. Je jette à terre le maillot de corps que je venais d’enlevais, tandis que mes veines bouillent de tout leur sang. Mais je tiens… Je tente en tout cas de ne pas céder.

« Mais, bordel, te rends-tu compte de ce que je fais pour toi ?
- J’me rends surtout compte qu’tu fous ma vie en l’air ! J’suis plus une gamine, Gan ! J’vais avoir quinze ans !
- Ouais, ben t’es encore loin de la majorité, ma Grande ! je lâche sur un ton légèrement ironique en saisissant ma chaise de bureau pour m’asseoir face à elle.
- Ouais ben tu peux parler !
- J’en suis plus proche que toi : c’est un fait !
- C’est une raison pour t’comporter comme un daron ? »

Remarque pertinente qui m’empêche toute riposte.

« Okay, tu t’es senti responsable de moi depuis la mort des parents. Okay, tu voulais pas qu’on soit séparés parce que j’suis ta seule famille. Mais ça suffit maint’nant ! J’suis consciente de c’que j’fais ! Tu n’as plus à m’dire quoi faire, ni à qui parler ! J’ai plus besoin d’un père. »

Sa voix tendue mais déterminée s’adoucit au fur et à mesure de son discours. Je crois bien que c’est la première en deux ans qu’on échange une conversation aussi longue, et surtout, aussi profonde. Le plus surprenant, c’est que Shonna ait troqué son rôle de peste entêtée contre celui de sage moralisatrice. Cela se voit : elle gardait ce poids depuis trop longtemps en elle. Et elle avait enfin pris le taureau par les cornes pour se faire entendre. Elle relève la tête et m’adresse alors un regard luisant de larmes prêtes à déborder des paupières.

« J’ai besoin d’un frère. »

Que répondre à ce cri de détresse ? Une vérité si évidente… J’étais tellement aveuglé par cet unique objectif de remplacer nos parents auprès d’elle que j’en avais oublié ce qu’aurait du être mon rôle : un frère ainé digne de ce nom. J’avais confondu aînesse et responsabilités. Semblerait il que j’avais fixé la barre trop, pris ce rôle protecteur trop au sérieux. Je n’avais pas de mauvaises intentions. Je voulais la protéger des dangers de la vie, comme tout parent l’aurait. Comme tout parent… C’est bien la le problème. Je ne suis qu’un jeune homme de dix-sept et je croyais mes épaules assez solide, mon esprit assez mature pour m’occuper de ma Petite Teigne, lui donner tout ce dont elle aurait besoin, combler l’absence de ceux qui nous avaient brusquement quitté. Le discours de Shonna venait de me faire l’effet d’un électrochoc : une révélation que j’avais honte de reconnaître.

« Tu me comprends maintenant, Megan ? demande-t-elle la voix sur le point de fondre. Tu comprends pourquoi je n’te supporte plus ? »

Je ne pouvais faire autrement que de baisser la tête pour avouer ma défaite. Sauf que pour une fois, il n’y avait pas véritablement de bataille. Juste cette impression de m’être poignardé tout seul.

« Je supporte pas de t’voir jouer ce rôle. Je sais qu’tu l’as fait pour moi. Mais c’est plus la peine maint’nant ! »

Shonna ouvre son cœur, et c’est un torrent d’émotions qui déferle. Une perle lacrymale lance l’assaut sur sa joue droite et les autres suivent doucement, sans pour autant délaver la beauté de son visage.

« Alors libère-toi de ces responsabilités de merde ! Ouvre-toi ! Sois toi-même ! T’es encore trop jeune pour ça ! Profite de la vie bordel ! On en a qu’une ! »

Je suis incapable de répondre quoique ce soit, incapable de la regarder dans les yeux. Ses mots me pincent le cœur, me le retournent complètement, me bouleversent. J’étais à milles lieues de me douter qu’elle se souciait pour moi. Shonna m’a maintes fois fait souffrir. Il semblerait que l’on soit ex-æquo, à la différence que je ne m’en rendais même pas compte. Et quelle chute que de réaliser le monstre qu’on est, lorsqu’on prend la peine d’écouter ce que l’on a à vous dire. Shonna vient de faire preuve d’une grande maturité pour me faire comprendre que j’étais un grand imbécile. Je me sens partagé entre honte et fierté. Honte de moi. Fier d’elle. Honte de mon attitude envers elle. Fier de son courage face à moi. Une larme se libère. Je n’ai pu résister. L’émotion qui règne dans ma chambre est trop lourde, trop forte. Je me lève de ma chaise pour la prendre dans mes bras, la serrer contre moi, me libérer comme elle l’avait demandé. Un geste fraternel que j’aurais du faire il y a bien longtemps.


Un matin comme un autre, j’attends le bus à deux pas du foyer. Un matin comme un autre, je l’attends en solitaire. Le bus arrive ponctuellement au carrefour, me faisant signe de son clignotant. Il prend son virage, se dirige vers l’arrêt à vitesse modéré comme d’habitude. Et pourtant, ce matin est différent. Je me sens plus serein, plus en phase avec moi-même, et je me surprends même à apprécier le petit vent frais qui me caresse le visage, l’air à l’odeur citadine. Je suis entrain de redécouvrir la vie, sa simplicité, moi-même. J’apprivoise doucement cette sensation de cœur léger. Le car se gare devant moi. Je devine à travers la vitre le sourire de bienvenue de Ben, toujours aussi chaleureux. Il ouvre la porte.

« Hey ! Salut Megan ! Comment tu vas ?
- Ca va pas mal ! je réponds d’un sourire franc en montant à bord.
- Et ben dis donc ! Qu’est-ce qu’il t’arrive ? On dirait que t’as avalé un soleil !
- C’est p’têt le cas. »

J’avance la main vers lui pour le saluer dignement. Rien ne peut lui échapper. Il me connait si bien que ma transformation lui a sauté aux yeux. Je prends ma place habituelle. Benny, sur le point de fermer les portes, se freine dans son élan le sourire aux lèvres, le regard surpris.

« Et bien alors ! C’est le jour des miracles aujourd’hui ?
- Bonjour Ben ! retentit la voix de Shonna.
- Ca fait longtemps, dis donc, petite Frimousse ! Tu as l’air en pleine forme ! »

Ma sœur monte les quelques marches, rayonnante dans une tenue étonnamment simpliste comparée à l’ensemble de sa garde-robe. Elle choisit de se placer à mes cotés, m’adressant un regard complice, souligné par un sourire resplendissant. Plus besoin de mots. Je le lis dans ses yeux : elle aussi apprivoise son tout nouveau cœur, léger comme une plume.

« Ca fait plaisir de vous voir comme ça, les frangins ! nous lance Benny avec un clin d’œil dans le rétroviseur. »

Il actionne la manette qui commande la fermeture des portes, et le bus démarre pour un nouveau départ.


*##*###*##*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nomduneplume.forumsactifs.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Neuf moins Un...   Jeu 17 Juil - 3:27

Et bien voilà un joli chapitre, j'avais bien dis qu'il fallait lui ouvrir les yeux à notre Megan pour ce qu'il se rend compte qu'il allait beaucoup trop loin et qu'il étouffait sa soeur. Elle a besoin d'un frére pas d'un pére, c'est bien dit. Pour une fois Shonna n'a pas le mauvais rôle et elle en profite pour devenir plus sérieuse et enfin lacher ce qu'elle a sur le coeur. La scène du chapitre d'avant dans la chambre aura servit à ca, la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Megan ne peut que se taire et accepter ses erreurs, il craque, rien de plus compréhensible vu la situation. Même s'il se fait salement sermoné la conclusion le soulage autant que sa soeur puisqu'il la retrouve enfin, mais se retrouve aussi lui-même. Et maintenant que tout va bien il vont de nouveau être séparés, c'est trop triste Crying or Very sad elle est meuchante la vie Crying or Very sad

Réapparition du chat, il doit se sentir bien seul le pauvre et sera bien content de retrouver son nouveau poto avec la même apparence que lui dans trés peu de temps.
Et la femme, intriguante, la reverra-t-on ? Megan va-t-il la recroiser une fois à quatre pattes pour s'embarquer dans une histoire à la Walt Disney ? Surprised Ou alors elle passait juste comme ca pour faire chier le monde^^

BENNY'S BAAAAAAAAAAAAAACK cheers
J'ai beaucoup apprécié la métaphore du bus qui démarre et de la nouvelle vie qui commence pour les frangins Smile

Aller chuite chuite chuite, maintenant faut plus t'arrêter Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Neuf moins Un...   Lun 21 Juil - 0:27

Lu et approuvé Smile

Particulièrement bien aimé ce chapitre également. Bonne gestion des deux protagonistes dans ce chapitre. D'habitude je suis contre les longues scènes frolant le mélo-dramatique comme dans amour gloire et beauté mais là j'ai plutot pas mal apprécié. Ce n'était ni pas assez ni trop, c'était parfait.

Le chat qui revient et qui est toujours aussi con mais je trouve ça plutôt intelligent de ta part de lui donner un côté acharné. Cela est plus que révélateur du futur de Megan. Quant à l'avenir de ce chat? Sûrement un futur compagnon de route.

Une seule chose qui m'ai déplus:

Citation :
Tiens d’ailleurs
===>je n'aime pas ce genre d'expression. Je trouve que c'est le moyen de facilité pour se replonger dans le vif du sujet. Tous les "au fait", "les tiens d'ailleurs" etc.

Mais cela n'engage que moi évidemment ^^

Petite apparition bien modeste du chauffeur cela fait toujours plaisir Smile.

Merci de ta dédicasse, j'attends la suite Smile
Revenir en haut Aller en bas
amelta
Plume débutante
Plume débutante
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5
Age : 104
Localisation : là ou finit la France
Humeur : l'humeur d'un gaucher contrarié parce qu'il écrivait de droite à gauche !
Date d'inscription : 20/11/2012

MessageSujet: Re: Neuf moins Un...   Mar 20 Nov - 16:57

Je me suis permise de mettre quelques commentaires sur le prologue.

Citation :
Il ricanait, les yeux étincelant de malice, cachant la factice copie de Barbie derrière son dos.

Factice copie : ça ne ferait pas un peu redondant ? la pseudo Barbie…

Citation :
- Rho ! Même plus l’droit de s’amuser ! râla le garçon lançant sans retenue l’objet convoité par sa voisine de gauche.
Je n’aurais pas mis « voisine de gauche », on le devine

Citation :
La mère aurait bien voulu répliquer, mais elle savait que c’était peine perdu face à la jalousie du garçon qui continuait à bouder dans son coin, les bras croisés, la moue évidente.
… peine perdue…

Citation :
Elle soupira exaspérée par cette nouvelle querelle, bien trop récurrente à son goût, et lança un regard qui quémandait du soutien à son mari par le biais du rétroviseur.
« qui quémandait » : et lança un regard quémandeur de soutien…

Citation :
La réponse fut brève et resplendissante d’indifférence. La mère essuya son échec en laissant ses yeux s’enfuir sur le paysage déroulant une campagne grisâtre.
Deux participes présents : La mère laissa ses yeux s’enfuir sur un paysage de campagne grisâtre pour essuyer son échec.

Citation :
La nuit commençait à tomber sur le ballet d’inquiétantes lumières rouges.
La nuit commençait à tomber sur l’inquiétant ballet de lumières rouges.

C'est vraiment dommage se "souiller" cette partie texte par des commentaires. Pourquoi ne pas créer un topic avec lien vers le texte et vice-versa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Neuf moins Un...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Neuf moins Un...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Brasilia Lady d'occasion vs Ascaso basic neuve
» savage xss neuf pas chere ^^ un de plus dans ma colection de 7 savage .
» [VENDU] HTC HD2 + HTC HD7 Complet/Comme Neuf/+ Accessoires (URGENT)
» [VDS] HTC Sensation neuf sous blister : 400 euros
» [Van Cauwelaert, Didier] Les témoins de la mariée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nom d'une Plume ! :: La Plume Inventive :: Romans en cours-
Sauter vers: