Nom d'une Plume !

Le forum où vos mots n'attendent qu'à être lus...
 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Tokio Hotel] Captif

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La_Loveuse
Apprentie Plume
avatar

Féminin
Nombre de messages : 87
Age : 27
Localisation : en Moselle [57]
Date d'inscription : 12/05/2008

MessageSujet: [Tokio Hotel] Captif   Ven 23 Mai - 16:22

.::. Validée par : Mamzelle et ¤P'tite Milou¤
.::. Thème (s’il s’agit d’une fiction) : Tokio Hotel
.::.Titre : Captif
.::. Résumé : Bill est retenu captif depuis un an par un homme, un terrible homme. Il rêve de recouvrer sa liberté...
.::.Personnages principaux : Bill,Steeve
.::. Warnings : Oui, de la violence et un passage un petit peu sanglant mais je préciserai
.::. Concept : Cette fiction a déjà été posté intégralement sur certains forums. Elle est terminée. Captif est la première fiction à laquelle j'ai voué corps et âme ( Laughing bon peut être pas mais je m'y suis très investie). J'ai essayé de me mettre dans la peau d'un captif, de ressentir ce que pourrait ressentir quelqu'un qui est retenu contre sa volonté par un homme. Quelles seraient alors mes réactions vis à vis de cette vie, mes émotions, ma facon de voir les gens et le futur... Les personnages tel que Bill ou le groupe ne serve que de ,comment dire? Ce n'est pas une fiction proprement dite sur Tokio Hotel, j'ai juste pris leurs noms et le fait qu'ils soient connus pour avoir une base ( je sais pas si tu vois de quoi je veux parler).
Bref c'est une fiction assez psychologique. Oh et dernière chose, l'idée m'est venue suite à la lecture d'un livre qui m'a beaucoup marqué:
L'enfant dans le placard - Othilie Bailly



Chapitre 1
Warning: aucun

Un an
Dans 10 jours cela fera un an pile.
Non je ne me suis pas trompé, j’ai recompté tous les traits tels des barreaux de prison. Tout ces mois écoulé dans cette pièce, si familière et si étrangère à la fois.
Cette pièce si petite, tombeau d’une année perdue. Ma vie d’avant, je n’en ait plus que des fragments flous, comme si chaque jours je perdais un pièce du puzzle de ma vie passé. Je perçois encore quelques petits extraits, souvent c’est grâce à mon inconscient.
Parce que c’est la seule chose qu’IL ne puisse contrôler.
Je me lève, mes jambes tremblent : la pièce est minuscule je n’ai pas besoin de me lever car tout est à portée de main. Alors petit à petit, j’ai perdu mes forces, ma peau pâle a virée au transparent cadavérique, mon goût pour la vie a disparut.
Soudain la porte s’ouvre : je me cache les yeux car la lumière du jour me fait si mal. Un seul rayon est entré éclairant le mort vivant que j’étais devenu. Une ombre, un rapide mouvement, une assiette que l’on pose sur le sol. La porte s’est refermée aussi vite. Je me rassis sur le lit, sans touché à l’assiette : souvent pendant plusieurs jours je jeûnait, juste pour vérifier que j’étais vivant et que je ressentais encore des sensations. Je me couchais sur le lit dan la position du fœtus : c’est ainsi que je m’endormais.
Je me réveilles quelques minutes plus tard en sueur : encore ce rêve. Les images s’estompent, je pleurs, j’essaye d’attraper les dernières mais elles s’envolent et éclatent comme des bulles de savons. Plus le temps passe, moins ces rêves deviennent précis : ma lumière d’espoir se ternit... Mes longs cheveux se collent à mes joues mouillées par les larmes, la seule chose qu’il m’est épargné. Il les aiment tant, doux comme de la soie et mettant en valeur mon visage féminin. Il y passe souvent la main dedans, lorsqu’il entre dans ma tombe, il aime me serrer dans mes bras parce que je me mets à pleurer de peur. Il tente de me rassurer pour me faire encore plus mal après.
Mes paupières se ferment à nouveaux.
Je me vois à nouveau, plein de vie et heureux sur une scène. Je chante rette mich il m’arrive encore de susurrer les paroles. A ma droite mon frère, je ne perçois plus son visage seulement ses longues dreads dorées. Je sais qu’il y a aussi le batteur derrière moi ainsi que le bassiste à ma gauche, mais leurs silhouettes sont transparentes et brouillées. Je cours je danse, je fais mon show. Les acclamations du public me caressent comme la brise d’été.
L’été, le soleil sur ma peau…
Un rayon me brûlent la joue : IL a encore ouvert la porte.
« Allez viens, il faut te laver. »
Il me prend dans ses bras : je suis trop faible, il voit bien que je dépérit.
« Il faut que tu manges ton assiette, s’il te plait »
Sa voix est presque remplie de pitié. Je sais que je le dégoûte. Avant je lui plaisais, il aimait bien « jouer » avec moi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Tokio Hotel] Captif   Ven 23 Mai - 16:34

Quelques tites fautes, si t'as l'ocase de voir ça. Sinon Bill est prisonnié donc forcément je suivrai ta fic avec le plus grand intêret, j'avais dans l'idée d'en faire une de ce genre également. J'attendrai que la tienne se termine pour bien regarder à ne pomper aucun élément de ta fic, on laisse à Cesar ce qui lui appartient!

Bonne petite mise en bouche, la dernière phrase m'a particulièrement plus, en la lisant j'ai immédiatement pensé à un chien agonisant dont plus personne ne veut! Ce qui prouve que tu montres assez bien l'état chaotique de Bill à cet instant.

Bonne continuation à toi, j'ai hâte de voir s'il va crever survivre!


Dernière édition par Le Chapelier Toqué le Ven 23 Mai - 19:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
La_Loveuse
Apprentie Plume
avatar

Féminin
Nombre de messages : 87
Age : 27
Localisation : en Moselle [57]
Date d'inscription : 12/05/2008

MessageSujet: Re: [Tokio Hotel] Captif   Ven 23 Mai - 19:23

Le Chapelier Toqué a écrit:
Quelques tites fautes, si t'as l'ocase de voir ça. Sinon Bill est prisonnié donc forcément je suivrai ta fic avec le plus grand intêret, j'avais dans l'idée dans faire une dans ce genre également. J'attendrai que la tienne se termine pour bien regarder à ne pomper aucun élément de ta fic, on laisse à Cesar ce qui lui appartient!

Bonne petite mise en bouche, la dernière phrase m'a particulièrement plus, en la lisant j'ai immédiatement pensé à un chien agonisant dont plus personne ne veut! Ce qui prouve que tu montres assez bien l'état chaotique de Bill à cet instant.

Bonne continuation à toi, j'ai hâte de voir s'il va crever survivre!

Laisse moi deviner... tu es un anti-th et un gros sadique Razz
merci en tout cas pour ton commentaire Wink
Et ben je te dirai pas la fin,nananere clown
je suite dans la soirée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mamzelle
Juge Plume
Juge Plume
avatar

Féminin
Nombre de messages : 83
Age : 22
Date d'inscription : 09/05/2008

MessageSujet: Re: [Tokio Hotel] Captif   Ven 23 Mai - 19:44

Une personne m'avait conseiller cette fic, mais je n'avais pas eut le temps de la commencer, alors c'est avec plaisir que je vais la suivre ici Smile
Contente de t'avoir validé Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iréelle
Reine des Plumes
Reine des Plumes
avatar

Féminin
Nombre de messages : 592
Age : 25
Localisation : Orléans (45)
Humeur : Lost. Compétement perdue. Je n'sais même plus ce que j'espere...
Date d'inscription : 09/05/2008

MessageSujet: Re: [Tokio Hotel] Captif   Ven 23 Mai - 20:43

Ouais t'as posté c'te fic' !

J'avais voulu la commencer sur Sekunde mais j'ai vraiment pas eu l'occaz donc soit en sûr je vais de suivre !

Je lis et j'édites ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La_Loveuse
Apprentie Plume
avatar

Féminin
Nombre de messages : 87
Age : 27
Localisation : en Moselle [57]
Date d'inscription : 12/05/2008

MessageSujet: Re: [Tokio Hotel] Captif   Ven 23 Mai - 23:12

merci

Chapitre 2:
Warning: no

Lorsqu’il me sortait, j’avais l’impression de redécouvrir le monde extérieur. J’étais devenu un animal craintif qui avait perdu ses repères et qu'on avait sortit de sa cage. J’explorais les alentour de mon cocon, exposé face à un monde disparut. Je replongeais dans la vraie vie, une fois par mois, rarement plus.
Chaque fin de mois, il m’emmenait dans un large couloir propre et lumineux. Bien évidemment au début j’ai essayé de me sauver, mais toujours il me rattrapait et je recevais une correction. Au bout de trois tentatives, je compris que c’était en vains. IL m’avait dressé, éduqué, réduit à l’état d’animal soumit ; j’étais son objet, sa chose, sa poupée…
Arrivé à la salle de bain, IL me pose sur un tabouret et entreprend d’enlever mes vêtements sales afin de les mettre dans la machine à laver du sous sol, me laissant seul. Je reste immobile, tremblant légèrement. Je me tourne et regarde par la fenêtre un beau cerisier fleuri. Une image apparaît : Moi petit avec mon frère dans un près. Nous faisons la course, un pissenlit dans chaque main ; mon frère étant plus rapide que moi, touche de sa petite paume le tronc rugueux du cerisier. Les branches sont assez basses et je cueille un ou deux fruits juste en tendant le bras.
Je ne me rappelle même plus que quel goût ça a…
Cette vue sur le cerisier, c’est aussi ma lanterne du souvenir, l’espoir qu’il existe encore un monde dehors.
IL revient sa bouche se fend d’un large sourire.
« T’a pas fait de bêtise alors après la douche, je te ferais couler un bain »
Il me met dans la baignoire et allume l’eau. Il aime laver sa poupée, pour qu’elle resplendisse. La sienne est tellement usée et abusée qu’il faut y faire attention ; poupée de porcelaine si fragile. Il frotte délicatement la peau avec du savon parfumé à la pêche. C’est agréable, j’en ferme les yeux. Je prends à mon tour du shampooing et m’en verse un généreuse quantité sur la tête : ça sent bon la fraise. Encore ces images, mais cette fois mes yeux se remplissent de larmes. Je les cache pour ne pas LUI montrer. Le trou de la baignoire est à présent bouché et l’eau monte, réchauffant tout mon corps. J’ai même droit à de la mousse. Je me sens si bien… La température de l’eau m’endort. Ma tête se pose doucement sur mon épaule.
Je suis à la sortie des loges du concert. Nous avons enflammés la scène une fois de plus. Un de mes lacets s’est défaits, je me vois disants aux trois autres de prendre les devants. J’entends des pas qui s’arrêtent juste devant moi : un homme me regardent la mine sévère.
« Que puis je pour… »
Je n’eus pas le temps de finir.

Un bruit de porte qui claque. Je sursaute.
« Et ben alors, tu t’étais endormis. Il faut que tu sortes maintenant, ta peau va être toute ridée sinon. »
Je me lève en chancelant et il m’enveloppe dans une serviette chaude. Puis il me redépose sur le tabouret et entreprend de me coiffer. Quand il eut finit, il me redonna des habits propres.
« Attend là j’ai une surprise pour toi. »
Il redescend. J’attends, un peu effrayé. Qu’est ce qu’il allait encore faire ? IL revient et me tend un… crayon noir.
« Je sais que t’aime te maquiller alors vas y »
Y a un piège.
Y a FORCEMENT un piège.
Je LUI obéit, poupée bien dressée et commence à me maquiller. Ca me réchauffe le cœur ; je me vois comme j’étais avant. Je souris sans m’en rendre compte. LUI aussi, mais d’un sourire étrange. Sans un mot et sans tendresse IL me prend à nouveau et m’emmène dans sa chambre. IL me jette sur le lit et ferme à clef.
« Prêt ? » me demanda t’Il en se déshabillant.
Avais je le choix ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fenrir
Professeur Plume
Professeur Plume
avatar

Masculin
Nombre de messages : 123
Age : 35
Localisation : Metz
Humeur : Très bonne en toutes circonstances ou presque
Date d'inscription : 12/05/2008

MessageSujet: Re: [Tokio Hotel] Captif   Sam 24 Mai - 3:31

Ah ! Un texte qui me retourne les tripes... J'adore quand ça me fais ça...J'ai déjà peur de découvrir une réalité poignante dans la suite...Je vais suivre avec une attention toute particulière la suite....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
¤P'tite Milou¤
Juge Plume
Juge Plume
avatar

Féminin
Nombre de messages : 102
Age : 24
Localisation : Nice (06)
Humeur : Calmement exitée
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: Re: [Tokio Hotel] Captif   Dim 25 Mai - 18:03

Citation :
« Prêt ? » me demanda t’Il en se déshabillant.
Avais je le choix ?

Le genre de passage totalement explicite, qu'on redoute.
J'trouve ça tellement bien exprimé..
Poste vite la suite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La_Loveuse
Apprentie Plume
avatar

Féminin
Nombre de messages : 87
Age : 27
Localisation : en Moselle [57]
Date d'inscription : 12/05/2008

MessageSujet: Re: [Tokio Hotel] Captif   Lun 26 Mai - 21:41

la voici
la voilà
Smile

Chapitre 3:
warning: no,no, no!

J’ouvre les yeux ; le réveil lumineux indique 1 h37. La chambre est plongée dans la pénombre. A côté de moi, couché entre les draps, une masse informe ronfle. Je vois le mouvement du drap lorsqu’il inspire et expire.
Il ne se réveillera pas avant 11h.
Ca a toujours été ainsi.
Tout mon corps est engourdi, La douleur physique, je ne la ressens même plus, j’ai tellement l’habitude.
Mais pas la douleur morale.
Elle grandit au fond de moi, fille de la honte et du dégoût de moi même. Elle est enchaînée au fond de mon coeur blessé et tire de toutes ses forces pour sortir. C’est la haine qui lui donne cette incroyable force et les liens, formé par la peur, qui la retiennent son malheureusement trop puissant pour être rompus.
Mais je sais qu’un jour cela se produira.
Mon ventre se mit à grogner.
Ca faisait trois jours que j’avais pas « mangé ».
Je me redresse et m’approche au bord du lit. Le reste de mon corps refuse d’obéir à ma tête. Je réussis tout de même à descendre du matelas, récupère mes vêtements et marche à quatre pattes, sans bruits en direction de la porte. Elle est si proche et pourtant si loin.
Je m’arrête pendant une minute, épuisé.
Je n’abandonnerai pas.
Je continue et réussis enfin à atteindre la porte. Je lève la main, mais le bouton de porte est beaucoup trop haut. A côté de moi, je distingue la forme squelettique d’une chaise. En m’appuyant dessus je réussi à me redresser. Mes jambes tremblent et me font mal. Ma paume glisse mais je réussi tout de même à ouvrir pour sortir.
La liberté, je peux enfin échapper à sa surveillance.
Je me traîne jusqu’au escaliers et m’assis sur la première marche, puis tout doucement je descend. Une fois arrivé en bas je rampe en direction de la cuisine, à côté de moi, une porte est ouverte.
Ma pièce, mon cocon ; elle m’attire. Je veux qu’il m’oublie en m’enfermant à nouveau dedans.
La faim prend le dessus.
Le carrelage de la cuisine est froid ; la pièce plongée dans le noir. Je me sens dans mon élément. Mes yeux, habitué à l’obscurité se plissent pour chercher des yeux le réfrigérateur.
J’aperçois un objet trapu et qui « ronronne ».
Un sourire s’inscrit sur mon visage. Je m’approche et l’ouvre. La lumière m’inonde et m’aveugle. Mes yeux se mettent à me brûler.
Il a de tout, il est remplit à ras bord de bons petits plats.
Mes yeux se pose sur les restes froids d’un poulet. Je m’assis par terre et pose l’assiette sur mon jeans usé. Je mords dedans avec appétit.
C’est si bon…Ca me rappelle les poulet grillé de…
« Maman » murmurais je d’une voix rauque
Je ne peux contrôler mes sanglots et laisse mon cœur déborder. Je m’affale sur le sol, une cuisse de poulet dans une main, l’autre tentant désespérément d’étouffer le son de ma voix.
Chaque souvenir enfonce un peu plus les épines dans mon cœur et nourrit la douleur qui tente à nouveau de briser les liens.
Trop solides.
Pas assez de force.
Je m’endors.
Un rayon me brûle à nouveau les yeux. Je met mes mains devant les yeux et avance à l’aveuglette. Ma main touche une surface lisse : la porte fermée du frigo.
Fermée ?
Je l’avais laissé ouverte pendant hier soir. A moins que…
« Ça t’amuses de me voler sale petit fouineur ??? » gronde une voix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
¤P'tite Milou¤
Juge Plume
Juge Plume
avatar

Féminin
Nombre de messages : 102
Age : 24
Localisation : Nice (06)
Humeur : Calmement exitée
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: Re: [Tokio Hotel] Captif   Mer 28 Mai - 9:10

Shocked I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La_Loveuse
Apprentie Plume
avatar

Féminin
Nombre de messages : 87
Age : 27
Localisation : en Moselle [57]
Date d'inscription : 12/05/2008

MessageSujet: Re: [Tokio Hotel] Captif   Dim 1 Juin - 22:45

(bon allez je la met pour toi I love you )

Chapitre 4:
Warning: ah nan
La voix, elle gronde comme le tonnerre.
J’avais si peur de l’orage étant petit que je me réfugiais toujours dans les bras de mon frère qui me rassurait et se moquait gentiment. Le pire c’était la nuit. Je ne supportais pas la solitude de ma chambre à ce moment là. Je rejoignais généralement mon grand frère dans son lit et m’endormait dans ses bras.
Il me protégeait.
Il était toujours là pour moi.
Mais à présent j’étais seul et sans protection.
« TU VOULAIS ME VOLER PETIT SALOPARD REPOND ! »
Je regarde le carrelage de la cuisine, les petits carreaux noirs et blancs forment une mosaïque qui m’hypnotise.
« Je sais que tu as une langue alors PARLE »
Il me donne un coup de pied dans le ventre. Mes yeux se voilent de larmes mais je ne réponds toujours pas. Je veux retourner dans mon placard. Je ne veux pas rester ici.
IL me fait si peur.
Je me sens soulever dans les airs. Je suis à la hauteur de son visage. Je ne le regarde toujours pas. Il me tiens d’une main et de l’autre met le doigt sous mon menton pour m’obliger à lever les yeux vers lui.
« -J’attend
-…
- t’est sur de pas vouloir répondre ?
-S’il vous plait » suppliais je
Il me jette violemment par terre et me refrappe dans le dos. La douleur est lancinante, je reste recroquevillé à ses pieds, petit chien lamentablement soumit.
« Tu n’est rien que de la merde, voilà ce que tu es. Je ne sais même pas pourquoi je continue de te garder. Regarde toi, tu ne ressemble a plus rien, a part un tas d’os pleurnichant. »
Sur ceux il me crache dessus et m’assène un nouveau coup de pied dans l’estomac. Puis j’entend ses pas s’éloignés. La vague de douleur me submerge. J’ai envie de crier, d’hurler, mais je ne peux pas.
Une poupée, ça ne parle pas.
Je l’entends qui revient dans la cuisine. Je ne le vois toujours pas, ma vue est cachée par mes longs cheveux. Je tremble. J’ai si peur.
Mais il m’ignore et prend quelque chose dans le frigo puis s’installe à table.
Je l’entends mastiquer. La télé est allumée, Il regarde les informations. Viol accidents, cambriolage, meurtres… tout les choses graves y passe.
On m’a oublié.
J’essaye a nouveau de ramper mais la douleur est trop forte et un nouveau coup de tonnerre gronde :
« Reste où tu es ».
J’ai mal. Si mal…
Le téléphone sonne.
« -Allo ?
-….
-Quand ça ?
-….
-Ah ou demain soir j’avais oublié.
-…
-C’est gentil de ramener le dessert. Bye »
Il s’approche à nouveau et me tire les cheveux pour que je redresse la tête.
« Bill »
Sa vois est redevenu calme.
« Demain j’ai des amis qui viennent manger. Tu as compris ?»
Voyant que je ne réagis pas il me tire un peu plus fort les cheveux.
J’acquiesce.
« Je sais très bien qu’étant un garçon, hum, fort malin tu vas appeler au secours dès leur arrivés et ce même si je te menace. »
Son haleine sens la cigarette, je ne peux plus la supporter. Je l’ai trop respiré
« Alors je vais t’enfermer dans la cabane au fond du jardin. Ca te permettra de réfléchir un peu à tes actes… Et surtout que je sois sur que ta présence ne m’importunera pas »
Joignant le geste à la parole, il me prend par le bras et m’emmène au fond du jardin. Le soleil me pique les yeux et brûle ma peau. Il s’arrête, ouvre le cabanon et me jette violemment dedans.
« Tu aura de la compagnie cette nuit… Il y a quelques petits animaux fort sympathiques que je retrouve parfois»
Il claque la porte et s’éloigne.
Son rire résonne encore dans mes oreilles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Jane
Plume débutante
Plume débutante
avatar

Féminin
Nombre de messages : 13
Age : 23
Date d'inscription : 31/08/2008

MessageSujet: Re: [Tokio Hotel] Captif   Lun 1 Sep - 9:16

J'adore.
C'est fantastique.
J'adule ta façon d'écrire, tu fais ressortir les sentiments un à un, nous écorchant les entrailles pour mieux nous faire ressentir chaque geste, chaque torture.

C'est merveilleusement bien écrit, J'adore, J'adule I love you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Http://Pigeon-Con.skyrock.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Tokio Hotel] Captif   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Tokio Hotel] Captif
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tokio hotel
» Phénomène Tokio Hotel, Pour/Contre ?
» Tokio hotel
» TOKIO HOTEL
» Yo Mina

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nom d'une Plume ! :: La Plume Musicale :: Fictions en cours-
Sauter vers: