Nom d'une Plume !

Le forum où vos mots n'attendent qu'à être lus...
 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Légende de Catherine Lington

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nevermore
Reine des Plumes
Reine des Plumes
avatar

Féminin
Nombre de messages : 329
Age : 26
Localisation : IDF (92)
Humeur : Lunatique. Très lunatique.
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: La Légende de Catherine Lington   Lun 2 Juin - 15:44

* Validée par : Mamzelle et Yul'Dwin
* Titre : La Légende de Catherine Lington
* Personnages principaux : Elle (on peut l'adapter pour un lui) puis le fantôme de Cathy
* Warnings : C'est censé foutre au moins la chair de poule, à vous de voir !
* Quelques précisions : Ce One Shot avait été écrit pour Halloween (pour le SadikLand ! Wink )




La Légende de Catherine Lington



Il fait nuit. Le ciel noir pleure ses larmes blanches sur ton sommeil. De petites étoiles brillantes qui viennent s’écraser dans le froid d’une ruelle déserte et fondent sur la route déjà humide. Le vent glacial de décembre vient te chercher jusque dans ton lit. Tes rêves s’envolent.
Il te réveille.
Non, tu n’arrivais pas à dormir.
Quelle nuit silencieuse. Pas un bruit, pas une lumière ne perce cette sombre nuit d’hiver. Seul ce vent, ce satané vent qui t’as tirée des douceurs du sommeil, se fait entendre au dehors.
Lentement, tes yeux s’habituent à la pénombre et tes oreilles au silence trop calme. Te voilà capable de capter le moindre détail. Et celui-ci ne tarde pas à se faire entendre. Oui, tu l’as bien entendu, ce claquement, ce bruit sourd. Ta curiosité est en éveil. D’où provient-il ? Qu’est-ce qui a bien pu claquer ?
Tu sors de la chaleur de ton lit douillet. Tes pieds nus entrant en contact avec le sol froid te font frissonner. Doucement, tu te faufiles hors de ta chambre.
La porte grince, le parquet grince.
Tes yeux sont grands ouverts, attentifs et, sur le qui-vive. A pas de chat, tu marches lentement jusqu’aux escaliers. Ton souffle s’accélère petit à petit. Tu voudrais observer en bas, mais pour cela, il faut que tu descendes. Alors tu mets un pied sur la première marche, puis tu traines le second, et le bois craque sous la pression. Tu t’apprêtes à quitter cette marche quand, de nouveau, ce bruit sourd retentit et t’arrêtes dans ta lancée.
Tu es figée d’angoisse, pris par surprise par la peur. Ton cœur bat encore plus vite après s’être arrêté si violemment. Tu reprends ta respiration, souffles pour te détendre puis continues dans ta tâche du silence pour descendre. Une marche, deux marches, trois marches …
BAM ! Encore ce bruit. Cette fois, tu en es sûr, il vient de la cuisine. Ta curiosité est d’avantage encouragée. Tu finis de descendre, toujours silencieusement mais plus vite.
Aucune lumière n’éclaire ton chemin. Tu tâtonnes les murs, autour de toi, pour te diriger. Cette angoisse qui t’oppresse la poitrine t’énerve et engendre l’inquiétude.
Il faut que tu saches, pour en finir.
Tu longes le mur, traverses la salle à manger et aperçois l’entrée de la cuisine. Le bruit retentit de nouveau, plus fort, plus nettement. Il t’intrigue. Comme un frappement sur du verre... Un léger courant d’air t’effleure les chevilles, te faisant trembler le corps entier, passant comme un courant électrique dans tes jambes, remontant le long de la colonne vertébrale, longeant les bras jusqu’au bout des doigts pour finir tout aussi intense dans ta nuque. Tes mains auparavant chaudes sont maintenant froides. Tu ne demandes qu’à remonter te recoucher dans ton nid de chaleur. Mais il faut que tu saches. Il faut que tu arrêtes ce bruit. C’est insoutenable.
Tu entres enfin dans la cuisine. La pièce est légèrement éclairée par le clair de lune pénétrant par la fenêtre, face à toi et se reflétant sur le carrelage. Une ombre passe devant celle-ci. Tu es plus attentif et plus réceptif que jamais. De nouveau cet horrible bruit glacé qui te parvient parfaitement. La vitre en face de toi. La solution à un mètre de toi. Tu t’approches. Doucement, tu tends la main puis saisis la poignée. Tu hésites. Mais tu te résignes. La peur ne sert à rien. Pas plus convaincu, tu tournes délicatement puis l’ouvres. Le vent t’attaque soudainement au visage. Une ombre gigantesque se dresse devant toi. Désorientée, et ballotée au gré du vent, tu aperçois enfin ce qui t’effraie. Tu tends la main. Persuadé, sûr de toi, tu tends la main dans le vide dans l’espoir d’attraper la cause du bruit.
Puis comme surgit de nulle part, une petite main sort de l’obscurité pour accrocher la tienne. Elle est froide, horriblement froide et elle t’en brûle la peau. Tu cries de terreur. Tu cries parce qu’à ce moment c’est tout ce que t’arrives à faire. Tu cries car cette main te tire d’avantage vers elle. Tu cries car ces doigts si fins, si jeunes, si glacés, si morts s’enfoncent dans ta peau. Tu cries car elle te sert de plus en plus fort et que tu n’arrives pas à t’en débarrasser.
« Aide-moi … Aide-moi ! Laisse-moi entrer ! »
Tente-elle d’articuler. Une voix de petite fille. Un visage d’enfant apparait dans la pénombre du froid qui te gèle sur place. Un visage livide, comme mort. Tu n’arrives plus à bouger. Ton visage se déforme par la terreur. Tu cries encore, encore, encore. Et cette voix résonne à tes oreilles. Tu n’entends plus qu’elle, plus qu’elle te suppliant… et tu cries.
‘ La peur est une preuve qu’on est vivant, mais à ce moment, tu en aurais crevé.’
Ton cœur s’est arrêté et tu ne veux plus respirer. Tu veux juste fermer les yeux et que cette horrible peur te lâche, que cette main te lâche. Tu ne sens plus que ta peau et ses doigts qui se resserrent encore et encore … Tu as mal et tu cries, tu cries…

« Marie ! Bon sang ! Enfin arrête !! »
Et là, tu ouvres les yeux. La lumières t’aveugle. Ton frère se tient à côté de toi, te secouant incessamment l’épaule. Oui regarde-le, c’est bien lui. N’est plus peur. Lentement, tu tournes la tête. Face à toi, la fenêtre ouverte et autour de ton poignée toujours tendu devant toi … une branche ! Une simple branche … Mais le souvenir de ton rêve te revient soudainement. Dans un sursaut, tu retires vivement ta main et referme la fenêtre.
« - Ah ! Ca y est, tu reviens à la réalité ? Je ne savais pas que tu étais somnambule Mariel ! Tu devrais faire attention…
- Merci Seb’, lui soupires-tu. »
Ton cœur reprend enfin un rythme normal. « J’ai failli en crever » chuchotes-tu, mais il ne t’as pas entendu. Puis ensemble, vous retournez vous coucher. Dehors, les petites étoiles du ciel blanc continuent de flotter dans l’air.
Ce soir là, Catherine Lington ira frapper à une autre fenêtre, pour vingt ans encore.

FIN



Explications :
La légende de Catherine Lington vient en fait du roman 'Les Hauts de Hurlevent'.
C’est une légende anglaise qui raconte qu’une petite fille, nommée Catherine Lington se serait perdue dans les landes en voulant rentrer chez elle, un soir d'hiver. N'ayant jamais retrouvé son chemin elle serait condamnée à errer durant vingt ans, en cherchant sa maison. Elle frappe aux fenêtres la nuit et supplie le propriétaire de la laisser entrer.
Bien évidemment, ce n'est jamais arrivé...
Tralala vive les légendes qui font peur ! ^^’


Dernière édition par Nevermore le Lun 9 Juin - 0:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Black-P0ison-Bl0od.skyblog.com
Jenny
Professeur Plume
Professeur Plume
avatar

Féminin
Nombre de messages : 154
Age : 25
Localisation : [92]
Humeur : Happy =)
Date d'inscription : 21/05/2008

MessageSujet: Re: La Légende de Catherine Lington   Lun 2 Juin - 15:55

Je l'avais deja lu sur l'autre forum celui là !
J'crois même que tu sais ce que j'en pense ^^
Il est bien,
Fous un peu la trouille. Mais j'aime bien ce genre d'histoire...

Ca me rappelle quand on allait en colonie et que l'on se racontait des histoires qui étaient censées faire peur xD

Bravo pour cette nouvelle =)

J'aime bien tes écrits à toi !
Bonne continuation ma chérie =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://luneatiik.skyblog.com
renaud
Juge Plume
Juge Plume
avatar

Masculin
Nombre de messages : 112
Age : 28
Localisation : tout dépend de là où je suis
Date d'inscription : 10/05/2008

MessageSujet: renaud   Mar 3 Juin - 13:51

‘ La peur est une preuve qu’on est vivant, mais à ce moment, tu en aurais crevé.’ je trouve cette phrase sublime, tout simplement. Le reste de la nouvelle vaut le coup aussi ! On voit bien le cheminement de la peur, qui devient de plus en plus vivante finalement...
Bravo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Légende de Catherine Lington   Dim 13 Juil - 7:21

Trés belle description d'une scène assez classique je dirais dans pas mal de films ou même vécu par la plupart d'entres nous, lors de nuits où l'on est seuls, excepté le passage avec la main bien sûr. Aucun détail n'est laissé au hasard ou non décrits et on s'y croit vraiment, notamment pour la descente de l'escalier, trés réaliste.
Moi ce qui me fait le plus peur dans cette nouvelle c'est l'explication de la légende, avec la petite fille, ca fait froid dans le dos quand même.
J'avais commencé à lire le roman en question, j'avais arrêté à 1/3 à peu prés et puis j'ai pu réussi à me motiver pour lire la suite. Faudrait que je réessaye.

Felicitations pour ce p'tit moment de frissons que tu nous offres.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Légende de Catherine Lington   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Légende de Catherine Lington
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Livre - "Obsession" de Catherine Kalengula : une version moderne du fantôme de l'opéra
» Rocky Balboa : Une légende s'écrit jusqu'au dernier round.
» [Warner] Le Royaume de Ga'Hoole - La Légende des Gardiens (27 octobre 2010)
» Salvatore R.A. - L'invasion des ténèbres - La Légende de Drizzt 9 - Les Royaumes Oubliés
» Catherine Zeta-Jones

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nom d'une Plume ! :: La Plume Inventive :: Nouvelles-
Sauter vers: