Nom d'une Plume !

Le forum où vos mots n'attendent qu'à être lus...
 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fiction 1: le souffle du Grand Ange

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Narken
Plume débutante
Plume débutante


Masculin
Nombre de messages : 4
Age : 24
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/08/2011

MessageSujet: Fiction 1: le souffle du Grand Ange   Lun 29 Aoû - 11:35

Le marbre noir pulsait. Elle promena sa main sur une des arêtes de la stèle. Le contact était électrisant. Un frisson la parcourut; elle se recula, et, après avoir admiré la dalle, si lisse et parfaite qu'elle ne semblait pouvoir avoir été créée par la main de l'homme, elle contempla la statue qui surmontait celle-ci: un démon pourvu d'ailes d'anges. L'une d'elles était complètement déployée dans le dos; la seconde au contraire, repliée et fléchie, formait un angle étrange avec le reste du corps. La bête possédait des griffes démesurées; et, par le talent du sculpteur, elle semblait profondément fichée dans la stèle de pierre polie, comme si le monstre avait été figé tandis qu'il tentait d'arracher le bloc de marbre à son socle. Ses pattes puissantes étaient arc-boutées dans ce qui semblait être un formidable effort; il semblait bondir droit vers le seul endroit duquel un éventuel spectateur pouvait saisir l'ensemble de l'oeuvre d'un seul coup d'oeil. Le cou tendu à l’extrême, la colonne vertébrale et la crête dentelée qui la surmontait prêtes à craquer, la gueule tordue et béante, les crocs saillants n'étaient pourtant pas si effrayants que les yeux de la créature: ceux-ci, humains, dégageaient un aura de pure malveillance et de cruauté; et, enfoncés dans des orbites étroites, sous des arcades épaisses et déchiquetées, ils en attiraient d'autant plus le regard. Une langue fourchue s'échappait du rictus grimaçant que formait la gueule, passant entre deux canines: elle était si finement ciselée qu'elle semblait palpiter, comme si elle allait s'animer.

Elle recula. Fixant les yeux de la chimère, elle s'imprégna de l'oeuvre jusqu'à sentir en elle le déclic familier. Aussitôt elle retint un cri de frayeur. La gueule de la bête se trouvait maintenant à une coudée de son visage. Les crocs d'onyx s'étaient mués en ivoire, la peau de marbre en cuir épais. Les pattes avant du monstre s'étaient extirpées de la stèle pour s'enfoncer profondément dans le sol. Les yeux du démon étaient rivés sur les siens; et ils portaient en eux toute la haine et la colère du monde. Le goût de l'air frais qu'elle inspirait par mouvements saccadés lui fit reprendre contenance, et elle croisa le regard brûlant de la chimère. Ils restèrent ainsi, humain contre animal, pendant un laps de temps impossible à déterminer. Enfin, le monstre renâcla; se détournant de la chétive silhouette qui le défiait, il rugit. Le bond qu'il fit alors le propulsa à une vingtaine de mètres d’altitude; et battant lourdement de ses ailes blanches, il s'éleva rapidement à une telle hauteur qu'on ne discernait plus de lui qu'une légère ondulation dans la lumière du ciel. Bientôt il ne fut plus visible du tout. Elle baissa alors la tête, vaincue par la fatigue produite par son effort. Et les larmes qui doucement roulaient sur ses joues tombaient au sol et se mêlaient dans une union de l'or et de la terre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Fiction 1: le souffle du Grand Ange
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nom d'une Plume ! :: La Plume Littéraire :: Fictions en cours-
Sauter vers: