Nom d'une Plume !

Le forum où vos mots n'attendent qu'à être lus...
 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une ombre parmi la nuit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bulle
Plume débutante
Plume débutante


Féminin
Nombre de messages : 1
Age : 17
Localisation : Paris
Humeur : Lunatique. Souriante. Souvent joyeuse, mais aussi mélancolique.
Date d'inscription : 17/10/2012

MessageSujet: Une ombre parmi la nuit.   Mer 17 Oct - 16:23

Résumé.


Elle était aplatie sur le sol.
Il faisait nuit. Les étoiles brillaient dans le ciel de velours noir, un vent léger faisait bruisser les feuilles des arbres. Mila avait les yeux grands ouverts, fouillant la pénombre.
Cela faisait quatre ans que Mila vivait seule, cachée des autres, dans le froid de la nature. Son odorat, sa vue et son ouïe s'étaient considérablement développés. Elle voyait aussi bien la nuit que le jour, elle sentait une rose à 500 mètres de distance, au milieu des marécages et elle entendant quelqu'un s'approcher à 300 mètres.
Mila avait quinze ans. Elle avait quitté sa maison à onze ans. Elle était encore jeune, mais elle savait ce qu'elle faisait. Elle détestait son oncle, elle détestait sa tante et elle haïssait plus que tout sa cousine.
Sa cousine s'appelait Pollyn. Elle se vantait constamment d'avoir un prénom rare, des beaux cheveux, une belle peau et de belles jambes. Pollyn était belle, c'était vrai. Mais elle était aussi une affreuse petite peste.
Depuis que Mila avait cinq ans, sa cousine l'avait toujours embêtée, énervée, jusqu'à ce qu'elle craque.
Mila s'était plainte à son oncle, oncle Bernard, et sa tante, tante Marina. Mais les parents de Pollyn encourageait celle-ci à battre Mila, à prendre son repas, à casser ses jouets, à l'enfermer dans le cabane au fond du jardin...
La question qui se pose alors est : pourquoi M. et Mme Bidot avaient recueilli Mila chez eux ?
Tout simplement parce qu'ils n'avaient pas eu le choix. Les parents de Mila étaient morts dans un accident de voiture Mila avait eu la chance de s'en tirer, et les policiers l'avaient emmenée directement chez la famille Bidot. Ils n'avaient pas proposé plusieurs solutions. C'était soit ils prenaient la petite, soit ils avaient une amande vraiment coûteuse. Bernard Bidot s'était alors résigné à prendre la petite Mila chez lui.
Aussitôt la porte refermée, Marina Bidot avait sifflé :
- Il y a des règles, ici, Mila. Tu n'as pas le droit de courir dans la maison. Tu ne dois toucher à rien. Tu ne dois pas manger entre les repas. Tu ne dois pas parler à table, sauf si on t'en donne l'autorisation. Tu ne dois pas t'enfermer dans les toilettes. Tu ne dois pas parler de tes parents. Tu ne dois pas marcher sur la pelouse. Tu ne dois pas fermé à clé ta chambre. Tu ne dois pas embêter ta cousine Pollyn. Tu dois jouer avec elle si elle le veut.
Mila avait acquiescé, timidement, et on l'avait aussitôt envoyé dans une pièce aussi grande qu'un placard qui lui servait de chambre. Elle dormait sur un matelas rongé aux mites, avec une couverture trouée et un oreiller tellement plat qu'il ne servait à rien.


Mila avait mis du temps à se décider de partir. Sa vie était devenue un enfer. Pollyn se servait d'elle comme sa servante, et son oncle et sa tante lui donnaient à peine à manger. Autrefois mignonne, Mila était devenue maigre, frêle et, on doit l'avouer, assez laide. Elle récupérait les vieux vêtements de sa cousine et ne devait jamais se plaindre.

Mais un matin, l'enfant en eut assez. La veille, tante Marina l'avait obligée à récurer toute la maison, ainsi que la cabane au fond du jardin, et Pollyn avait adoré grimper sur son dos comme sur un cheval, pendant que Mila frottait le sol, à quatre pattes.
La fillette se réveilla donc d'humeur massacrante. Elle était furieuse. Elle se leva de son lit, prit son oreiller et fourra dans la taie toutes ses affaires. Puis, elle descendit sur la pointe des pieds - Bernard, Marina et Pollyn n'étaient pas encore levés - et sortit dans la brise fraîche du matin. Elle respira l'air qui embaumait la lavande, et gravit le petit portail qui donnait sur la rue. Elle ne se retourna pas. Elle se contenta de sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
amelta
Plume débutante
Plume débutante
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5
Age : 104
Localisation : là ou finit la France
Humeur : l'humeur d'un gaucher contrarié parce qu'il écrivait de droite à gauche !
Date d'inscription : 20/11/2012

MessageSujet: Re: Une ombre parmi la nuit.   Mar 20 Nov - 15:37

Pour le titre, ce serait mieux de mettre : une ombre dans la nuit.
Citation :
Elle était aplatie sur le sol.
Il faisait nuit. Les étoiles brillaient dans le ciel de velours noir, un vent léger faisait bruisser les feuilles des arbres.
Pour éviter faisait bruisser qui est assez lourd à la lecture, tu peux inverser : les feuilles bruissaient sous le vent léger. (Nul besoin de mettre des arbres)

Citation :
Mila avait les yeux grands ouverts, fouillant la pénombre.
Pour éviter l’auxiliaire avoir et un participe présent : Mila les yeux grands ouverts fouillaient…

Citation :
Cela faisait quatre ans que Mila vivait seule, cachée des autres, dans le froid de la nature.
Tu peux alléger : Quatre ans que Mila vivait seule…

Citation :
Son odorat, sa vue et son ouïe s'étaient considérablement développés. Elle voyait aussi bien la nuit que le jour, elle sentait une rose à 500 mètres de distance, au milieu des marécages et elle entendant quelqu'un s'approcher à 300 mètres.
Comme tu répètes les sens, tu peux mettre : Tous ses sens s’étaient considérablement développés.
Elle entendait quelqu’un…
Les chiffres en lettres c’est mieux.

Citation :
Mila avait quinze ans. Elle avait quitté sa maison à onze ans. Elle était encore jeune, mais elle savait ce qu'elle faisait. Elle détestait son oncle, elle détestait sa tante et elle haïssait plus que tout sa cousine.
Pour supprimer un auxiliaire : Elle avait quitté sa maison à onze ans, elle en avait douze aujourd’hui.
Tu répètes « détestait » : Elle détestait sn oncle et sa tante et elle… Pollyn, sa cousine.

Citation :
Sa cousine s'appelait Pollyn.
Pour éviter la répétition de « cousine », tu la nommes dans la phrase précédente.

Citation :
Elle se vantait constamment d'avoir un prénom rare, des beaux cheveux, une belle peau et de belles jambes.
Pour éviter la répétition de beaux, belle, belles : Tout était beau chez elle, ses cheveux, sa peau, ses jambes, enfin c’était ce qu’elle disait.

Citation :
Pollyn était belle, c'était vrai. Mais elle était aussi une affreuse petite peste.

Pour éviter un auxiliaire : Pollyn était belle c’est vrai, mais aussi une affreuse petite peste.

Citation :
Mila s'était plainte à son oncle, oncle Bernard, et sa tante, tante Marina. Mais les parents de Pollyn encourageait celle-ci à battre Mila, à prendre son repas, à casser ses jouets, à l'enfermer dans le cabane au fond du jardin...
Mila s’était plainte aux parents de Pollyn, Bernard et Marina, mais ces derniers encourageaient leur fille…

Citation :
La question qui se pose alors est : pourquoi M. et Mme Bidot avaient recueilli Mila chez eux ?
La question qui se pose alors est : c’est inutile, tu peux enlever.

Citation :
Tout simplement parce qu'ils n'avaient pas eu le choix. Les parents de Mila étaient morts dans un accident de voiture Mila avait eu la chance de s'en tirer, et les policiers l'avaient emmenée directement chez la famille Bidot.
… directement chez eux.

Citation :
Ils n'avaient pas proposé plusieurs solutions. C'était soit ils prenaient la petite, soit ils avaient une amande vraiment coûteuse.
Une forte amende…

Citation :
Bernard Bidot s'était alors résigné à prendre la petite Mila chez lui.
Aussitôt la porte refermée, Marina Bidot avait sifflé :
Résigné, Bidot prit la fillette mais aussitôt la porte refermée, il lui lança :

Citation :
- Il y a des règles, ici, Mila. Tu n'as pas le droit de courir dans la maison. Tu ne dois toucher à rien. Tu ne dois pas manger entre les repas. Tu ne dois pas parler à table, sauf si on t'en donne l'autorisation. Tu ne dois pas t'enfermer dans les toilettes. Tu ne dois pas parler de tes parents. Tu ne dois pas marcher sur la pelouse. Tu ne dois pas fermé à clé ta chambre. Tu ne dois pas embêter ta cousine Pollyn. Tu dois jouer avec elle si elle le veut.
Evite la répétition » tu ne dois » :
Tu n’as pas le droit de courir dans la maison, de manger en dehors des repas, etc…

Citation :
Mila avait acquiescé, timidement, et on l'avait aussitôt envoyé dans une pièce aussi grande qu'un placard qui lui servait de chambre.
… répétition de « aussitôt » … et on l’avait envoyée (accord avec Mila) dans…

Citation :
Elle dormait sur un matelas rongé aux mites, avec une couverture trouée et un oreiller tellement plat qu'il ne servait à rien.
… rongé par les mites comme la couverture…

Citation :
Mila avait mis du temps à se décider de partir.
… à partir.

Citation :
Sa vie était devenue un enfer. Pollyn se servait d'elle comme sa servante, et son oncle et sa tante lui donnaient à peine à manger.
Tu peux enlever un auxiliaire : Sa vie, un véritable enfer. Elle servait de bonne à sa cousine et on l’affamait.

Citation :
Mais un matin, l'enfant en eut assez.
Mais un matin, elle en eu assez.

Citation :
La veille, tante Marina l'avait obligée à récurer toute la maison, ainsi que la cabane au fond du jardin, et Pollyn avait adoré grimper sur son dos comme sur un cheval, pendant que Mila frottait le sol, à quatre pattes.
Tu n’es pas obligée de répéter « sa tante… : La veille, Pollyn n’avait rien trouvé de mieux que de grimper sur son dos pendant qu’elle récurait les sols.

Citation :
La fillette se réveilla donc d'humeur massacrante. Elle était furieuse.
Enlève-le « donc »Mila se réveilla d’humeur massacrante, furieuse.

Citation :
Elle se leva de son lit, prit son oreiller et fourra dans la taie toutes ses affaires.
« de son lit » est ici inutile puisque tu parles d’oreiller…

Citation :
Puis, elle descendit sur la pointe des pieds - Bernard, Marina et Pollyn n'étaient pas encore levés - et sortit dans la brise fraîche du matin. Elle respira l'air qui embaumait la lavande, et gravit le petit portail qui donnait sur la rue.
Pour supprimer « qui » : Elle huma l’air embauchée par la lavande, grimpa sur le petit portail et sauta dans la rue.

Elle ne se retourna pas. Elle se contenta de sourire.

J'espère avoir pu t'aider et surtout d'avoir poster les corrections au bon endroit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une ombre parmi la nuit.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LE FEU DE L'HUMANITE (Tome 1) L'OMBRE DE LA LONGUE NUIT de Michael Cobley
» une ombre dans la nuit
» [Kresley Cole] Les Ombres de la nuit, tome 1 : Morsure secrète
» L'ombre de la nuit
» Weeks Brent - La Voie des Ombres - L'Ange de la Nuit T1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nom d'une Plume ! :: La Plume Littéraire :: Fictions en cours-
Sauter vers: