Nom d'une Plume !

Le forum où vos mots n'attendent qu'à être lus...
 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Attention! Zone de défi!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Attention! Zone de défi!   Ven 9 Mai - 0:19

C'est ici que vous réglerez vos comptes entre vous dans la joie et la bonne humeur. Rolling Eyes

Une petite vengeance personnelle? Ou tout simplement envie de faire le casse-pied? Twisted Evil

Entrez! Mais soyez le premier à défier l'autre!

Vous avez tout simplement carte blanche ici, le but étant d'imposer vos propres règles d'écriture à une personne choisie.

Exemple:

"Eric! je te défie de me raconter le film "bienvenue chez les ch'tis" mais dans une version où Phillipe Abrams, interpreté par Kad Merad devient fou et souhaite massacrer tous les habitants du Nord-Pas-De-Calais. Bien sûr, le récit devra dans ses dialogues être écrit en ch'timis au possible Smile.

Bonne chance à toi vieux Twisted Evil "

Pour éviter d'en faire trop, merci de ne lancer qu'un défi à la fois. De même qu'une personne ne pourra recevoir qu'un défi à la fois.

Oui je sais ma bonté me perdra Smile .

Pas vraiment de limite de temps pour réaliser le défi lancé. Au bout d'un moment et si les choses n'avancent pas le défi sera tout simplement considéré comme non-réalisé.

Bon défi à tous!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Défi numéro 1: Moteur! Action!   Lun 12 Mai - 19:34

Défi Numéro 1: Moteur! Action!


Cible: Renaud


Puisque tu n'es pas très film Renaud, ton défi sera de te plonger dans le magnifique univers du cinéma. Tu vas être le metteur en scène de la série Band of Brother (que tu connais). Dans ton écrit, tu devras incorporer le language technique du cinéma, bien évidemment, décrire la scène que les acteurs sont entrain de jouer sous tes yeux tout en te faisant une critique interne de leur jeu (exemple: Qu'est ce que cet acteur est mauvais///Je devrai peut-être mettre plus de lumière devant le soldat lorsqu'il saute etc etc).

Voilou voilou en esperant que cette magnifique aventure te donne envie de regarder plus de films Twisted Evil .

Bonne chance bounce
Revenir en haut Aller en bas
renaud
Juge Plume
Juge Plume
avatar

Masculin
Nombre de messages : 112
Age : 28
Localisation : tout dépend de là où je suis
Date d'inscription : 10/05/2008

MessageSujet: je relève mon défi   Ven 16 Mai - 16:56

Défi Numéro 1: Moteur! Action!



- Coupez ! on la garde celle-la !
Et voilà tout le monde qui s'agite. Les acteurs sortent tout doucement de leur rôle, l'éclairage est négligé presque immédiatement, le silence qui devait absolument accompagner la scène s'interrompt.

Quelqu'un vient me voir et me demande quelle est la prochaine scène à mettre en place. Je lui réponds de mauvaise humeur, parce que l'on ma déjà posé la question une bonne centaine de fois aujoud'hui, que ce sera la découverte du camp de concentration.
- Si les maquilleurs pouvaient en remettre une couche aux comédiens, ce serait parfait ! Merci. Pour la lumière, j'aimerais beaucoup plus de sombre. En ce qui concerne les caméras, je veux une vue de haut, une caméra qui suit les quatre soldats, et une autre qui se focalise sur le camp ! S'il vous plait, dépêchez-vous, je veux que cette scène soit bouclée avant ce soir !

Je suis sur les nerfs, j'ai eu beaucoup de difficultés à obtenir la scène précédente, qui n'était pourtant pas si délicate à réaliser. Il suffisait simplement que ces fichus acteurs marchent dans la forêt, qu'ils prennent un air perplexe et inquiet, et que l'on puisse réussir à lire dans leurs yeux l'incompréhension, celle de devoir se tuer pour des innocents, certes, mais des innocents que l'on ne connaît même pas.
- ils peuvent peut-être se payer des capotes en or, mais parfois je me demande vraiment si ils ont du talent.

Cinq minutes plus tard, on reprend le tournage. Il suffit que je reprenne ma place dans mon fauteuil, pour que tout le monde s'active et comprenne que la pause est terminée. J'ai fumé ma cigarette, du coup, je suis beaucoup plus calme. j'explique à nouveau ce que je veux, mais plus posément : "Donc je veux une vue de haut, une autre qui suit les quatre soldats, puis une qui filme le camp. Je veux une lumière sombre : logiquement, à ce moment-là, il est vingt heures. Bon les quatre acteurs, vous êtes terrorisés, vous ne comprenez pas ce que vous voyez en face de vous. N'oubliez pas que ces camps de concentration sont encore inconnus, ok? Vous allez vers l'inconnu, et l'inconnu doit vous effrayer !".
Un des quatre acteurs me demandent s'ils doivent garder une arme sur eux, s'ils sont supposés être prêts à tirer. "Si tu as peur, si tu es effrayé, si tu es un soldat, il est sûrement judicieux d'être prêt à attaquer, tu ne crois pas ?". Ca y est, la mauvaise humeur me reprend.

Enfin, tout le monde est en place. J'exige alors le silence de la part de tous, un dernier coup d'oeil sur les comédiens, puis je fais signe à Félix, celui qui m'accompagne et qui m'aide sur ce tournage. "C'est parti ! Découverte du camp, première prise, action !"
Alors la scène se produit devant mes yeux, je suis en pleine guerre mondiale, je me trouve face à ce désastre du vingtième siècle. Les quatre soldats avancent, ils progressent vers le camp, l'un d'eux dit alors "Merde ! Qu'est ce que c'est que ça ?". Aucune réponse, personne n'est supposée être en mesure de répondre. je suis moi-même, en tant qu'observateur, incapable de répondre, l'inquiétude me ronge également quand soudain :
- Coupez ! Sur les quatre soldats, il y en a trois qui sont dans le jeu, mais le quatrième, il est complètement à côté de la plaque !
- Ben je dois faire quoi alors ?
- Inquiète-toi !! essaie de nous inquiéter aussi ! C'et important. Je me sentais dans l'action jusqu'à ce que je te vois toi, qui avais l'air complètement paumé dans la scène. Alllez on reprend.
- Silence, s'il vous plait! Découverte du camp, prise 2, action !

Au bout d'une heure, on entend : "Découverte du camp prise 45, action !" A chaque fois, un petit souci de déconcentration d'une seule personne présente sur le plateau détruisait l'atmosphère si difficile à installer. Pendant cette prise-ci, les soldats arrivèrent devant les portes du camp de concentration, ils devaient alors se boucher le nez à cause de l'odeur insoutenable causée par les cadavres répendus sur le sol, dont certains commençaient à pourrir et à se dégrader. Même les survivants représentés sous la forme de morts. Des squelettes qui se déplaçaient sur des jambes extrêmement fines, sur le point de se casser en deux. Dans les yeux de ces nouveaux comédiens, on devait et on pouvait lire la haine que les allemands avaient développé à leur égard, ainsi que le désespoir, la tristesse, et le dégoût d'eux-mêmes...
-Coupez, on la garde !! Merci tout le monde, bravo à vous tous! A demain, on tourne la scène du pillage des villages allemands pour récolter la nourriture et les médicaments nécessaires !

Sur le plateau, le silence est roi. Il y a des scènes, comme celle-là, qui ont l'air encore plus vrais que la réalité. Heureusement, cette fois-ci, C'est du faux...

Note actuelle: 16.5/20
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renaud
Juge Plume
Juge Plume
avatar

Masculin
Nombre de messages : 112
Age : 28
Localisation : tout dépend de là où je suis
Date d'inscription : 10/05/2008

MessageSujet: Comment préparer un chapelier toqué ??   Dim 18 Mai - 19:44

Défi Numéro 2: Comment préparer un Chapelier Toqué?

Cible: Le Chapelier Toqué



Jeff, je sais que tu aimes bien ce qui est peu violent et un peu "crade" comme tu as pu le dire, alors voilà le défi que je te propose : J'aimerais que tu fasses un poême sous forme d'une "recette de cuisine", mais en plus dans un style justement violent et crade.

(Exemple : tout d'abord, ajouter 300g de diahrrée d'amour,...")
Si c'est possible, ça devra quand même te correspondre un minimum.

bien entendu, je suis très pressé de voir le résultat et je te souhaite bon courage.
Renaud
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Attention! Zone de défi!   Mar 20 Mai - 3:14

Défi Numéro 2: Comment préparer un Chapelier Toqué?

Bon les gays, euh les gars, il est évident que vu ce qu'on m'a imposé, je n'ai pas parlé du beau temps et de l'amour de l'homme pour les petits oiseaux dans ce défi. Je demanderai donc ET JE SUIS SERIEUX, de ne lire ce texte que si vous en avez l'âge et si vous avez en tête la maturité nécessaire. JE N AI PAS MIS CE TEXTE EN SPOILER POUR RIEN ET ME REFUSE A TOUTES PLEINTES! Vous savez ou vous mettez les pieds! Je rappelle également, que ce n'est qu'un défi, un poème basé sur l'humour "crade" diras-t'on et que ces détails ne reflètent en rien mes goûts culinaires personnelles. Je vous remercie d'avance.


ATTENTION DANS CE TEXTE SONT PRESENTS TOUS LES WARNINGS: INSULTES, SCENES REPUGNANTES, SEXUALITE PEU RECOMMENDABLE ET AUTRES, MERCI DE NE PAS LIRE SI VOTRE AGE NE VOUS L'Y AUTORISE PAS!
Spoiler:
 

Note Actuelle: 15.5/20
Revenir en haut Aller en bas
renaud
Juge Plume
Juge Plume
avatar

Masculin
Nombre de messages : 112
Age : 28
Localisation : tout dépend de là où je suis
Date d'inscription : 10/05/2008

MessageSujet: parlons musique !   Mar 20 Mai - 16:29

DEFI NUMERO 3 : PARLONS MUSIQUE !

CIBLE: YUL DWIN




J'ai vu dans ta présentation que tu disais apprécier le groupe Tokyo Hotel.
J'aimerais donc que tu écrives un dialogue sur la musique entre le chanteur de
ce groupe et avec Assurancetourix, le barde du village gaulois d'Astérix.
Bien entendu, chaque personnage a son univers et son époque. Le comque devra
donc surement être au rendez-vous...
Voilà voilà, je te souhaite bon courage.
Renaud
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Attention! Zone de défi!   Mar 20 Mai - 23:32

Défi numéro 4: Alergique à l'écriture

Cible: Fenrir



Puisque tu as l’air un peu retissant à écrire Fenrir, je vais te donner un petit coup de pouce. Je te défi de m’écrire une histoire fictive qui aboutirait à un traumatisme qui expliquerait ton refus d’écrire. Exemple de traumatisme, un accident de voiture banale, mais la personne en fut
traumatisé et refuse de conduire à nouveau une voiture. Donc toi de ton côté tu devras me narrer une histoire du genre dans laquelle le héros Lionel (toi donc) finit par être traumatisé de l’écriture suite à un événement tragique.

Bonne chance futur dieu de l'écriture Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Fenrir
Professeur Plume
Professeur Plume
avatar

Masculin
Nombre de messages : 123
Age : 35
Localisation : Metz
Humeur : Très bonne en toutes circonstances ou presque
Date d'inscription : 12/05/2008

MessageSujet: Défi numéro 4   Mer 21 Mai - 14:56

La journée tragique de Lionel




Lionel, âgé de 6 ans ¾, et il insistait sur ce fait, était un petit garçon plein d’entrain. Ce matin, il s’était levé comme chaque matin vers 6h30. Il se dirigeait à pas lents, les yeux à peines ouverts, en direction de la cuisine. A peine arrivé, il attrapait une chaise, la tirait jusqu’au meuble contenant son trésor favori, montait dessus, puis escaladait le meuble en question… Il ouvrait le tiroir magique et attrapait son trésor avec délectation ! Il redescendait péniblement et remettait la chaise en place avant que sa mère ne se lève. Assis à table, il ouvrait difficilement les céréales, car c’était cela son trésor… Les chocopops !
Il s’arrêta tout d’un coup, entendant un bruit de pas dans le couloir. Sa mère arrivait. Le voyant dans la cuisine, elle prit un bol et entreprit rapidement de le servir, avant même de s’être elle-même servie. Pour elle, son fils était tout et il passait toujours, en toutes circonstances, avant elle. C’était son petit miracle de la vie.

- Tu as bien dormi mon petit bout de chou ? lui dit-elle avec enthousiasme, se servant à son tour.
- Je suis pas petit, je suis grand maintenant j’ai 6 ans ¾. T’as vu maman, je prends les céréales tout seul.
- C’est bien mon petit chéri.
- M’Man !!! Mon grand chéri ! insista t-il avec véhémence. Il ne le savait pas encore, mais pour sa mère, il serait toujours petit.

Lionel avala rapidement son petit déjeuner car c’était bientôt l’heure de son émission favorite. Il ne savait pas lire l’heure mais savait pourtant que le Club Dorothée l’attendait. A cet âge, on est réglé comme une horloge…

Jusque 11 heures, il n’y avait plus de Lionel. On pouvait lui parler; il ne répondait pas. Il était tout entier au Club Dorothée, passionné par les images qu’il voyait.

Enfin, à 11 heures, il revenait à la réalité et rejoignait la cuisine où son père discutait tranquillement avec sa mère. Sur le pas de la porte, il entendit ces mots…
- Ce sera un écrivain, c’est sur, il est tellement jeune et il lit déjà tout ce qu’il trouve… Que ce soit les paquets de céréales ou un livre, il aime vraiment lire. Déjà !
- Bah, arrête de rêver Marie, je travaille à l’usine, je suis cariste et toi t’es femme au foyer… Les chiens ne font pas des chats. Tu crois vraiment qu’il réussira sa vie celui-là. Regarde son frère bon sang! A 12 ans, c’est déjà une vraie terreur !
- Ouais mais il n’était pas comme ça Mickaël à 6 ans…

- 6 ans ¾, intervint Lionel, mettant fin tout d’un coup à la discussion. On mange bientôt m’man ?
- C’est bientôt prêt mon chéri, va jouer un peu dehors avec tes copains en attendant, je t’appellerai, lui répondit-elle d'un ton troublé, se demandant s’il avait entendu toute la conversation et si, à son âge, ce qu’elle disait auparavant pouvait avoir quelque portée s’il l’avait compris.

Lionel jouait avec insouciance à cache-cache avec Jeremy, Matthieu et Jean-Christophe; les voisins, lorsqu’il entendit une voix tonitruante… Son père criait : Lionel, à table, on mange !

Il sortit de sa cachette et se dirigea rapidement vers la maison de ses parents, se délectant par avance du festin qu’il allait faire…

Ses parents n’était pas très riches, cependant, sa mère arrivait toujours avec peu à faire de délicieux repas dont Lionel sortait toujours avec un profond sentiment de satisfaction et l’estomac rempli…

Il était 12h30 lorsque Lionel demandait à son frère Mickaël de le prendre avec lui pour aller jouer dehors. Ce dernier l’énervait beaucoup car il répondait toujours inlassablement qu’il était trop petit et ne le prenait jamais avec.

Il était encore trop tôt et ses amis les voisins déjeunaient encore… Lionel se dit donc qu’il allait lire un peu en attendant. C’était son plaisir ! Lire tout ce qui passait à sa portée. Il n’y avait pas de livre chez lui à part le programme télé mais son professeur, Mr Cardoni, connaissant sa passion, lui prêtait régulièrement des livres issus de la bibliothèque de l’école primaire. Aujourd’hui il lisait les 101 dalmatiens… Il aimait beaucoup Pongo et Perdida mais avait très peur de la méchante Cruella et espérait secrètement que Pongo arriverait à sauver les petit chiots de cette affreuse sorcière.

Lionel interrompit brutalement sa lecture car un bruit qu’il connaissait bien l’avait alerté. En effet, la sonnette de l’entrée venait de retentir. C’était Jérémy, son petit voisin, accompagné de Jean-Christophe et de Matthieu, qui venaient le chercher pour jouer au professeur d’école.
Lionel aimait l’école.
Jouer avec ses camarades et apprendre des choses passionnantes étaient pour lui un réel plaisir. Il fut donc tout naturel qu’il prit immédiatement sa veste et ses chaussures pour rejoindre ses petits amis.

Ils se dirigèrent tous les quatre vers la maison de la voisine. Une joie incommensurable parcourut Lionel lorsqu’il découvrit sur la table du jardin des cahiers et un tableau installés par la maman de Jérémy que tout le monde appelait affectueusement M’moun !

Avant même qu’il puisse se remettre de cette joie, Matthieu criait "aujourd’hui, c’est moi le professeur !" Matthieu était un jeune garçon brun aux yeux bruns qui était l’ainé des quatre d’un an. Tout le monde acquiesçait volontiers à cette proposition et le jeu commença enfin…

Le professeur : - Aujourd’hui vous allez tous me décrire une personne que vous connaissez…
Et les 3 élèves se mirent immédiatement au travail. Lionel commença son récit ainsi :

- Je vais parler de Marguerite, la maman de Matthieu, mon copain. Je l’appelle Maggie. Elle est infirmière, blonde et pleine de rides mais c’est normal c’est la maman de Matthieu; elle est vieille. Quand on joue, on la voit souvent discuter avec la voisine et je comprends jamais rien à ce qu’elle dit. Magui dort avec le papa de Matthieu, Guy, qui est professeur. Les profs, je les aime bien mais les infirmières, elles me font peur à cause des piqûres… Heureusement, Maggie, je la connais… Mon papa la laisserait pas me faire du mal !
Il s’interrompit un instant, voyant que Matthieu, le professeur du jour, était à côté de lui et lisait par-dessus son épaule. Il
était fier de ce qu’il avait commencé à écrire et ne comprit pas ce qui lui arrivait lorsqu’il ressentit une violente douleur sur la joue. Matthieu venait de lui décrocher un coup de poing et l’empoignait brutalement pour lui en mettre un second.Les mots "Salaud, ma mère elle est géniale, connard, elle est mieux que la tienne!" résonnaient encore dans sa tête lorsque M’moun intervint pour les séparer.
-Lionel, tu rentres chez toi tout de suite hurla-t-elle, sans même chercher à savoir qui avait commencé. T’es bien comme ton frère ! Dorénavant, plus la peine de venir chercher Jérémy…
-Mais M’moun, j’ai rien fait c’est pas moi, c’est Matthieu qui a commencé…
-Je m’en fous, je veux pas le savoir, tu rentres chez toi…

Lionel, la mine déconfite, rentra chez lui plein de bleus et de larmes se promettant de ne jamais, plus jamais réécrire… Il se contenterait dorénavant de la lecture !Il ne reverrait jamais plus Jérémy...

Note Actuelle: 13.75/20
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Attention! Zone de défi!   Mar 3 Juin - 1:08

Défi numéro 5: Le Chapelier Iréelle

Cible: Petit changement de programme, c'est Iréelle finalement




Tu l’auras compris dans le titre, puisque t’aimes bien écrire des histoires de n’amour et que tu me désires de tout ton corps (merde je l’ai dis !!!), tu vas nous écrire une belle tite n’histoire d’amour (sous entendu avec des calins) ou nous seront tous les deux bien évidemment les protagonistes. Tu peux narrer ce que tu veux, finir comme tu le souhaites, ramener autant de gens et de fouets que tu veux^^. En échange de toutes ses libertés que je t'accordes, je te demanderai de ne pas remettre en cause mes hypothétiques performances au lit ^^.


Voilou bonne chance à toi !!!! Bisous !!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
°Yul'Dwin°
Reine des Plumes
Reine des Plumes
avatar

Féminin
Nombre de messages : 452
Age : 34
Localisation : Metz (57)
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: Attention! Zone de défi!   Mar 3 Juin - 19:04

Defi 3 :

Par manque de temps et en fin de compte d'argument et de réelle imagination, je décline le défi de renaud. Je m'avoue vaincue. Je préfère me concentrer sur ma fic sur THS et mon roman ici même.

Désolée d'avoir mis autant de temps. A charge de revanche...
Encore désolée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nomduneplume.forumsactifs.net
renaud
Juge Plume
Juge Plume
avatar

Masculin
Nombre de messages : 112
Age : 28
Localisation : tout dépend de là où je suis
Date d'inscription : 10/05/2008

MessageSujet: renaud   Mer 4 Juin - 16:21

Si quelqu'un désire relever le défi de Yul dwin, il n'y absolument aucun souci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
¤P'tite Milou¤
Juge Plume
Juge Plume
avatar

Féminin
Nombre de messages : 102
Age : 24
Localisation : Nice (06)
Humeur : Calmement exitée
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: Re: Attention! Zone de défi!   Mer 4 Juin - 19:32

Je peux le relever le défi de Yul'D?
Ce serait chouette!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
renaud
Juge Plume
Juge Plume
avatar

Masculin
Nombre de messages : 112
Age : 28
Localisation : tout dépend de là où je suis
Date d'inscription : 10/05/2008

MessageSujet: renaud   Jeu 5 Juin - 18:03

pas de souci, le défi est tout à toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
¤P'tite Milou¤
Juge Plume
Juge Plume
avatar

Féminin
Nombre de messages : 102
Age : 24
Localisation : Nice (06)
Humeur : Calmement exitée
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: Re: Attention! Zone de défi!   Jeu 5 Juin - 22:19

Defi 3:

Bill se déhanchait sur la scène, comme à son habitude.
La foule se déchainait. ça aussi, il en avait l'habitude.
Et un peu marre.
Pas que des milliers de jeunes filles scandent son nom, non.
Juste qu'il avait besoin de changement.
Le concert finit, il rejoignit les trois autres membres du groupe, qui, eux aussi, étaient
exténués.
Ils ne s'extasièrent même pas du fait que des dizaines de cadeaux les attendaient dans
leurs loges.
La plupart partirait à la poubelle, de toute façon!
Tom s'affala sur un fauteuil, souffla bruyamment, et s'étira.
- Avant, mon rêve c'était de monter sur scène, maintenant, c'est de dormir plus de quatre
heures par nuits!
- Tu parles, moi je dors plus de quatre heures par nuit et facilement !Le corrigea Georg.
Si tu n'avais pas tant de préocuppations avec tes amies nocturnes..
- C'est mon métier! C'est comme si tu me disait de ne plus jouer de la guitare pour
pouvoir dormir! Totalement i-m-p-o-s-s-i-b-l-e.
Un soupir lassé lui répondit.
Un week end de vacances ne serait pas du refus!
Malheuresement, ils ne pouvaient pas franchement se le permettre.
Bill se leva de son fauteuil moelleux pour examiner les cadeaux.
Des dizaines de peluches, des dessins, des lettres, des fleurs, du maquillage...
Il conserva le maquillage et les lettres. Il jeta le reste.
Il devait faire un tri radical.
En fouillant dans le tas devant lui, il toucha un objet à la texture à la fois gluante et
douce. Il le sortit et l'observa.
De petite taille, rond, jaune orangé, avec plein de petits boutons, il se demanda ce que
c'était.
Il le posa sur un siège.
Il verrait plus tard!

Assurancetourix se déhanchait sur la scène, comme à son habitude.
Et comme à son habitude, il se prenait des poissons dans la tête.
Il se doutait bien que le marteau arriverai tôt ou tard, mais peu importe.
Ce qu'il aimait, c'était chanter.
Même si c'était comme une casserole et devant un public qui ne le supportait pas.
Même si c'était toujours sous la pluie, qu'il déclanchait d'ailleurs.
Il esquiva un espadon particulièrement rapide et descendit de son perchoir.
La pluie s'arrêta en même temps que son chant et que les vols de poissons, pas très
frais d'ailleurs.
Il alla trouver Astérix, le seul qui lui consacrait encore un peu d'amitié.
Même quand il chantait.
Il toqua quatre coups secs à la porte, menacant de se faire une entorse au petit doigt.
Il ne pouvait pas se le permettre! Comment jouer de la lyre, après?
Il arrêta son geste.
Un petit bonhomme blond lui ouvrit la porte, le visage concentré.
- Assurancetourix, j'ai des choses à faire. Pourrais tu repasser plus tard?
- Je peux te regarder faire? J'ai tellement besoin d'une compagnit amicale, en ce moment!!
Ces paroles, agrémentées de quelques sanglots factices, finirent d'attendrir le petit
Astérix qui le fit entrer immédiatement.
Le barde s'installa confortablement à la table en regardant Astéris trifouiller un petit
objet ma foi très étrange.
Se demandant ce que c'était, il posa un doigt dessus.
Une lumière aveuglante illumina la pièce, puis plus rien.
Astérix avait disparu, et devant lui se tenaient des monstres.
C'était la seule manière de les décrire.
Il n'avait jamais vu personne d'aussi grand et habillé aussi bizarrement.
Il faillit tomber dans les pommes.
Mais un gaulois ne tombe pas dans les pommes!
Devant lui se tenait une sorte de hérisson géant, les yeux tous noirs et le reste aussi,
d'ailleurs.
A côté de lui, toujours aussi grand, se trouvait un animal qu'il n'avait jamais vu.
Les deux avaient des têtes d'humains, mais le reste n'était que monstrueux et animal.
Deux autres se frottaient les fesses, il devaient être tombés.
Il étaient un petit peu moins grands. Mais grands quand même!
- Mais quesqu'on fout là? C'est quoi ce bordel? fit le grand en noir.
- Aucune idée, repondit la drôle de bestiole, une chose est sûre, on est plus à Berlin !!
Un des plus petits, un blond, prit la parole.
- Euh, les gars? c'est quoi ça?
Assurancetourix se rendit compte que c'était de lui que cet extraterrestre parlait.
Non mais comment osait-il?
- Je vous signale, chers étrangers venus de je ne sait quelle planète, que je me nomme Assurancetourix, noble barde de ce village, et que vous avez fait disparaître mon meilleur ami qui était ici présent il y a encore quelques secondes!


(A éditer, c'est vraiment pas fini ! :s)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iréelle
Reine des Plumes
Reine des Plumes
avatar

Féminin
Nombre de messages : 592
Age : 26
Localisation : Orléans (45)
Humeur : Lost. Compétement perdue. Je n'sais même plus ce que j'espere...
Date d'inscription : 09/05/2008

MessageSujet: Re: Attention! Zone de défi!   Dim 8 Juin - 15:17

Défi numéro 5: Le Chapelier Iréelle


*Flash Back*

« Voilà, depuis cet été, j’attendais ce moment. Je l’appréhendais et je le désirais en même temps : mon premier jour à la fac.
Bien loin des espérances de mes parents, j’avais décidé d’écouter les encouragements de mes profs de langues et j’avais intégrée une fac d’espagnol.
Le campus était immense, et mon sens de l’orientation beaucoup plus réduit, cherchez l’erreur… C’était prévu d’avance : j’allais me retrouver à l’opposé du bâtiment auquel je devais me rendre. Maudissant intérieurement l’erreur génétique qui m’avait prémunis du don de me perdre dans n’importe quelle circonstance, j’avançais au feeling. Je resserrait mes bras contre la pile de livres pressés contre ma poitrine et tentait d’avancer plus vite afin d’échapper à la pluie. En temps normal, je me serais arrêtée et aurais pris le temps d’apprécier les gouttes d’eau qui glissaient sur ma peau. Mais aujourd’hui, il en étais hors de question : j’étais en retard et les livres ne s’en remettraient pas.
Aussi, je baissais la tête et pressais le pas, mais, soudainement, je heurtais quelque chose. Le choc, plutôt brutal, fit valser les livres qui retombèrent mollement sur le sol trempé. Surprise, je levais la tête en me confondant en excuses. La première pensée qui me traversa l’esprit fut « Mais quel cliché ! » La pauvre jeune fille perdue qui heurtait quelqu’un. Ce quelqu’un l’aiderait à ramasser ses livres et se révélerait être un beau jeune homme qui… Mais, en levant les yeux, je remarquais que cet inconnu était, effectivement, loin d’être déplaisant.
Il était plutôt grand et je devais lever la tête pour apercevoir son visage. De grands yeux bruns me regardaient d’un air amusé et son sourire soulignait la lueur malicieuse qui illuminait ses traits. Et c’est avec ce sourire qu’il se mit à me parler :
« T’excuses pas voyons ! J’ai l’habitude que les filles soient attirées par moi. C’est pas de ta faute, je suis un amant, oups…aimant, super puissant. » Il éclata de rire.
Ouai, aimant doublé d’un ego surdimensionné peut être ? Il me tendit mes livres avec ce putain de sourire tellement intense.
« Prétentieux va ! C’est bon celui là est mort. » Soupirais je en montrant du doigts un livre aux pages devenues illisibles.
« Pas grave ! J’suis aussi bien qu’un livre non ? » Me lança t-il avec un clin d’œil.
Et malgré moi, malgré le cliché qui s’intensifiait de minutes en minutes, je me mis à rougir.
J’avais les joues en feu tandis que la pluie devenue battante me glaçais agréablement la peau : jolie antithèse naturelle. »

*Fin du Flash Back*

« Tu penses à quoi ? A moi ?
-Bien sûr ! Je ne pense qu’à toi, tu le sais bien !
-Oui, je sais, je sais. Toutes les femmes ne pensent qu’à moi.
-Mouai…en fait, je pensais à mon premier jour de fac. Celui où j’ai fait l’erreur de tomber dans tes bras.
-Erreur ? Quelle erreur ? T’étais si mignonne comme ça : les cheveux au vent, la pluie qui dégoulinait sur ton visage…hum, et sur ton t-shirt. Qui étais blanc, soit dit en passant.
-Ah ! Parce que c’était ça que tu regardais ? Tous les mêmes… ; fis-je d’un air faussement désespéré.
-Bien sûr ! Mais c’était toi, toute entière, que j’admirais.
-Rattrape toi comme tu peux…
-Si, si, les étoiles qui pétillaient dans tes beaux yeux bleus…
Je le regardais, peu convaincue.
-Okay ! J’avoue que ce t-shirt, avec toute la pluie qui tombait, était particulièrement…Disons que certaines idées germaient dans mon esprit.
Je souris.
-Quel genre d’idées ?
-Tu veux que je te montre ?
Je sentais ses lèvres dans ma nuque et ses mains qui se posaient dans le bas de mon dos.
-Me montrer…
Soudainement, je le basculais sur le dos et me retrouvais sur lui
-Pourquoi pas. Mais j’ai pas mal d’idées en réserve moi aussi.
Il sourit avec ce putain de sourire que j’affectionnais tant.
-Cool alors… »
D’une main, je lui bloquais les poignets et commençais à l’embrasser : nos souffles se mêlaient tandis que nos langue se liaient intensément. Il se dégagea de mon emprise avec un petit rire. Ses mains se reposèrent dans le creux de mes reins.
Je sentais la fermeture éclair de ma robe glisser doucement tandis que je m’affairais à déboutonner sa chemise. Bouton par bouton, pour faire durer l’attente. Plus c’est long…
Au contact de sa peau, je frissonnais. Je me pressais avidement contre son torse tandis qu’il se redressait.

M’imprégnant de sa chaleur, je pose mes lèvres dans son cou, j’use et j’abuse de ma langue, roulant et déroulant le flot d’amour dont elle est imprégnée.
Je le repousse et commence à descendre sur ses épaules, son torse, son ventre…
Je remontes et lui souris :
« Quelles idées ? »
En riant, il se redresse avec force et nous relève, me pressant contre sa poitrine. Surprise, je titube et me retrouve dos au mur. La fraîcheur du plâtre rugueux contraste avec sa peau chaude et douce. Il m’enserre les poignets d’une main et les plaques au dessus de nos têtes tandis qu’il m’embrasse à nouveau. Sa langue cherche la mienne qui joue à cache-cache.
J’émet une tentative de résistance pour lui montrer qu'il n’a pas encore tout pouvoir mais m’abandonne bien vite à lui. Il descend plus bas, mon cou, mes seins…
Mes poignets sont libérés et je lui entoure violement la nuque, soumettant à nouveau sa bouche à mes envies de fusion. Je sens sa paume sur ma cuisse qu’il relève habilement pour attiser le feu qui brûle dans mes hanches. Mes doigts parcourent la lisière entra sa peau et son jeans dont les boutons cèdent sous ma pression. Je caresse la peau tendue et humide de son bas ventre…
Il me soulève et nous dépose sur les draps. Je suis à genoux devant lui qui essaie de défaire les agrafes de mon soutien-gorge. Je l’entend murmurer « ‘tin mais pourquoi ça existe ça, hein ? T’pouvais pas t’en passer ? »
Je rigole doucement tandis qu’il arrive à m’en débarrasser. Je fais glisser son jean à mon tour et glisse ma main dans son boxer… Le feu monte, brûle tout sur son passage. Nos corps vibrent sous la chaleur ambiante.
Il gémi doucement et je joue avec les nuances de son désir en lui chuchotant à l’oreille :
« Majicos, je te le dis toujours… »
Ses yeux se plissent, son visage se peint d’un plaisir hypnotique.
J’aime à le faire changer d’expression, plus de pression, moins de fermeté, plus de rythme, moins de vivacité…
Je fais valser son boxer parmi les vêtements éparpillés au sol. Le mien vient vite le rejoindre. Plus aucune barrière de textile n’est présente. Il ne reste que lui, moi, nos envies, nos désirs et notre amour.
Parce que j’aime sa peau douce et sucrée, sa chaleur, son odeur que je reconnaîtrais parmi toutes. Parce que j’aime ses doigts qui parcourent mon corps et me font frissonner, j’aime ses caresses qui m’envoient valser parmi les étoiles. Parce que j’aime sa voix qui me chuchote et me murmure des rêves d’éternité et d’absolu, j’aime ses yeux qui se posent sur moi. Ses iris tintés de désirs et d’affection et ses prunelles où pétilles milles éclats de rire. J’aime son sourire qui rassure et m’encourage quand j’en ai besoin, ce rayon de lumière qui arrive à chasser mes peurs et mes doutes. J’aime quand il m’embrasse langoureusement et qu’il me fait danser sur une mélodie de perfection, quand il m’enlace doucement, qu’il joue avec mes cheveux et qu’il en rigole tout de suite après. J’aime quand il me laisse le dominer, qu’il me fais croire en ma force et fais doubler l’intensité de mes espoirs. J’aime…

Il me regarde, m’embrasse. Je lui rends son baiser, j’acquiesce.
Nos bassins se rapprochent, entrent en collision, ondulent en une danse sensuelle et envoûtante. Nos souffles se font plus saccadés, plus violents aussi.
Il se fond en moi en un contact puissant, piquant, profond et doux en même temps.
Je gémis et passe la main dans ses cheveux, je m’accroche, pas trop fort, et essaie de lui imprimer un certain rythme. Nous créons notre propre tempo, changeant au gré de notre étreinte, notre propre mélodie vibrante sous les notes de notre passion.
Nos hanches s’imprègnent de la musique, soudées.
Je suis dans un monde où les étoiles brillent en plein jour, où le soleil illumine l’obscurité de la nuit. Un monde d’absolu.
Le feu monte, s’intensifie, s’empare de lui, s’empare de moi. Il gronde au fond de mon corps, au fond de mon cœur et m’enchaîne à lui, immanquablement.
Osmose. Lui aussi je sais qu’il commence à gravir l’échelle du paradis.
Il atteindra l’ultime échelon, le dernier degré, en même temps que moi.
Perfection, Septième ciel, Absolu, Nirvana, Overdose, on peux appeler ça comme on veut, il n’en restes pas moins que le plaisir est le même.
Il enfoui sa tête dans mon cou, où des étoiles de satisfactions finissent de fondre.
Je lui relève le visage, et l’embrasse langoureusement, longuement puis il se penche vers mon oreille.
« Avoue que j’ai des bonnes idées…
-J’adore.
-Rien que pour un t-shirt…
-Je t’inspire, j’en suis heureuse.
-Nuit et jour. »
Je rigole et le serre contre moi, sa peau humide contre la mienne, ses lèvres dans mon cou et ses mains sur mes hanches.
Oui, j’aime tout ça, sa peau, son sourire, sa voix, ses yeux… En fait, ce que j’aime c’est…Lui.
Il se redresse :
« Tu sais quoi ?
-…
-Ben la nature fait bien les choses.
-…
-T’as bien fait de te perdre sur le campus, ce jour là. »

Note Actuelle: 17/20

_________________
°
Because...
I try to be Someone.

°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Love2tw
Plume confirmée
avatar

Féminin
Nombre de messages : 166
Age : 25
Localisation : Sennely (45) près d'Orléans si tu préfères ^^
Humeur : smile ! what else ?
Date d'inscription : 31/05/2008

MessageSujet: Re: Attention! Zone de défi!   Dim 8 Juin - 23:01

DEFI n°6 : Autobiographie fictive d’un genre Chapelieresque


Cible : Le Chapelier Toqué.

Ecrivez ce que vous avez ressenti au moment où vous lisiez la nouvelle Le Chapelier Iréelle, il y a aucune limite de votre imagination, ce texte devra juste être écrit de façon autobiographique et devra dévoiler les pensées intimes du personnage (vu que ce cher chapelier jocolor à piégé Iréelle, je le piège à mon tour, car je voulais la venger), tu pourras ainsi nous faire part de ton aspect prétentieux, et si tes « hypothétiques performances au lit » ont été respectées (Iréelle, ne sera au courant que lorsqu'elle se connectera qu'elle puisse rire un peu Very Happy )!!!


Bonne chance. J'attend d'ailleurs beaucoup de cette oeuvre lol! !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mydream0mylife0myreality.skyrock.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Attention! Zone de défi!   Lun 30 Juin - 11:48

Défi numéro 7 : Un combat des plus toqué



Cibles : Iréelle et Love2mystère


Tssss puisque cela t’amuses de prendre parti pour ta copine love2mystère, c’est vous deux qui allaient être mes cibles ! (non mais des fois !!!!). Vous allez donc écrire une œuvre en collaboration sur le sujet suivant :

Vous marchez toutes les deux dans la rue et m’apercevez de l’autre côté de la route. Dès lors, prises de pulsions incontrôlables l’une et l’autre pour moi (évidemment^^), vous vous livrez à un combat sans merci ! Reproches mesquins de base entre filles, insultes diverses et bien sûr, coups en tout genre. L’altercation s’achevant sur une bagarre dont la gagnante me rejoindra de l’autre côté de la rue et entamera la discussion avec moi laissant son amie à moitié mourante sur le macadam (oui je suis sadique et alors !!!!).

Voilà, après ceci j’espère que vous allez comprendre qui était le patron !!!!


A noter que j’ai également bien avancé dans mon défi et qu’il sera posté dans les prochains jours.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Attention! Zone de défi!   Mer 23 Juil - 21:53

Bon ca bouge les défis à la sauce toqué là ^^
oui oui je fais chier le monde c'est fait exprés xD
Revenir en haut Aller en bas
Iréelle
Reine des Plumes
Reine des Plumes
avatar

Féminin
Nombre de messages : 592
Age : 26
Localisation : Orléans (45)
Humeur : Lost. Compétement perdue. Je n'sais même plus ce que j'espere...
Date d'inscription : 09/05/2008

MessageSujet: Re: Attention! Zone de défi!   Mer 23 Juil - 22:23

Dés que Jeff aura posté celui lancé par Love2Mystère, nous posterons le notre.
Dés que Love2Mystère est revenue de vacances, nous le terminons.
Mais c'est la faute à Jeff aussi ! Avec ses exigences à la con, on doit tout recommencer ! Rolling Eyes

_________________
°
Because...
I try to be Someone.

°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Attention! Zone de défi!   Mer 23 Juil - 23:12

mes exigences étaient posté!!! fallait en tenir compte!!!

Mon défi sera posté dimanche sans faute Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Attention! Zone de défi!   Lun 28 Juil - 19:47

Défi numéro 6: Autobiographie fictive d'un genre Chapelieresque



Je rentrai du boulot, sur les rotules. Je pris ma douche et dînai avant de rejoindre l’ordinateur. J’allai sur l’ordinateur et me connectai à msn tout en allant voir les nouveautés du forum. Une nouvelle présentation, de nouvelles blagues, une nouvelle et un nouveau jeu. Pas mal. Je me dirigeai alors vers la section défi afin de voir si Iréelle a enfin rédigé le sien. Il n’y avait toujours rien. Bon sang ! Ça commençait à traîner là. J’espérai qu’elle n’ait pas oublié tout de même ! Elle ne m’aurait pas fait ça… J’ouvris sa fenêtre msn afin de la remuer un peu mais à peine avais-je ouvert la fenêtre qu’un fichier me fut envoyé ainsi qu’une demande de cam.

« Coucou toi, je t’envoi en AP le défi, j’espère qu’il te plaira.
- Ah merci !
- Je n’ai pas été trop longue ?
- Non, non et puis comme d’habitude plus c’est long plus c’est bon hein.
- J’espère tu n’as pas cru que j’avais oublié de le faire…
- Non, non, penses-tu, je n’ai pas douté une seconde que j’allais le recevoir aujourd’hui.
- Mouais… ».

Les cams s’affichèrent.

« Oula… tu es très charmante aujourd’hui…
- Marchiiiii, toi aussi, j’aime beaucoup ton t-shirt
- Ah oui, je comprends ».

Je souris. J’étais torse nu, je l’étais toujours chez moi. L’ordinateur de la chambre dégageait une chaleur impressionnante dans la pièce. Tout comme l’image d’Iréelle à la cam d’ailleurs, à n’en pas douter. De ce fait, ne pas avoir de T-shirt était une vraie bénédiction.

Je relus les consignes du défi puis ouvrit le fichier envoyé par Iréelle tout en écoutant des chansons diverses que l’on m’avait envoyé. Je me demandai si elle avait donné des clins d’oeils ça et là par rapport à nos délires et préférences. Je me demandai également si elle avait donné des détails lors des câlins ou si elle était restée vague tout en me plongeant avec un certain empressement dans le récit. Mais je ne commençai pas immédiatement à lire. D’ailleurs, je ne commence jamais à lire lorsque j’ouvre un livre. Tout d’abord, je regarde le nombre de page afin de voir combien de temps j’allais mettre à lire la totalité. Celui-ci était relativement court. Je remontai donc par l’intérmédiaire de la souris vers le haut du récit lorsque mon regard se posa sur une phrase. Elle m’avait attiré car cette dernière se trouvait être en italique au beau milieu d’un long paragraphe de description. Je la lus :

« ‘tin mais pourquoi ça existe ça, hein ? T’pouvais pas t’en passer ? »

Ne comprenant aucunement le sens de cette phrase sans son contexte, je commençai à lire deux lignes au dessus. J’étais avec elle mais me trouvai incapable d’ouvrir un soutif. Cela commençai bien. Je venais de lire au hasard de mon regard une phrase qui était loin de me mettre à mon avantage. Alors que, de mon côté, c’était à une main que j’étais capable d’ouvrir un soutif ! Oui mademoiselle, à une main ! Et je continu de m’entraîner pour faire de même avec les dents. Je suis un modèle à suivre. Je passai ce détail aussi révoltant soit-il et me mit à lire le récit dès le début cette fois. Il avait l’air de me mettre à mon avantage malgré cette petite parenthèse.

Iréelle dans une fac d’espagnol, si seulement cela avait été vrai. Mais d’un autre côté, je crois que si cela avait été le cas, je n’aurai pas été bien souvent en cours. Je continuai la lecture et en arrivai au passage de la pluie. J’eus un petit sourire. On avait tous les deux la même attirance pour la pluie, nous y faire rencontré, je trouvai sa plutôt mignon même si le côté « oops j’ai fais tomber mes livres » m’avais paru plutôt être la solution de facilité mais l’imaginer en nage dans un t-shirt m’avais vite fait oublier ce détail. Je continuai la lecture et en arrivai à ma description physique. Avait-elle parlait de mes larges épaules ? De mes formidables pectoraux et de mes bras superpuissants ? Oui, c’était évident, ma description allait prendre pour le moins une demi page si elle se voulait complète. Elle parlait de ma taille, un détail, de mes yeux bruns, secondaire ainsi que de mon air amusé. Cet air amusé que je dois avoir au moins une fois par jour. Une lueur malicieuse ? Moi ? Non ce n’est pas mon genre pensai-je en souriant. Et alors ? La suite ?!? C’est déjà fini ma description ?!? Mais elle me fait passer pour un type normal là !!! Je copiai collai ce passage là de l’histoire pour lui faire un commentaire sur msn lorsque je tombai sur la suite de l’écrit :

« T’excuses pas voyons ! J’ai l’habitude que les filles soient attirées par moi. C’est pas de ta faute, je suis un amant, oups…aimant, super puissant. »

J’éclatai de rire devant le PC. C’était tout à fait moi. Finalement, en peu de temps, elle avait plutôt bien cerné le personnage. Je continuai la lecture avec toujours une certaine avidité. Le moment sous la pluie était particulièrement interessant. Le t-shirt blanc mouillé, cela pouvait toujours faire plaisir. Mais malgré tout l’intérêt que je portai à la lecture, je pus me rendre compte que finalement, ce n’était pas ce que je voulais. Iréelle répondait parfaitement à tous les critères que je lui avais imposé pourtant je n’étais pas convaincu. Je sentais comme un mal-être en moi qui semblait croître à mesure que j’avançai dans la lecture. C’était vraiment un état bizarre et peut orthodoxe de ma part. Les lèvres, les caresses, toutes ses images germaient dans mon esprit et mon corps en ressentait directement les effets (oui, oui, directement) et pourtant, j’avais toujours ce mal-être présent en moi. Pourquoi n’arrivais-je pas à tout simplement me vider la tête et profiter de toutes ses jolies images de nos deux corps qui s’enlacent ? Tout était si parfait, c’était illogique ! Je continuai de lire tentant de me vider l’esprit mais lorsque j’en arrivai au moment où j’étais contre elle, nos bouches l’une contre l’autre, nos bras qui nous enlacent, mes mains sur ses hanches, à nouveau je fus pris de cette étrange émotion. Mon corps était chaud, l’écrit faisait bien son travail. Je pouvais sentir mon corps réagir à la lecture égoïstement. Chaque mouvement, chaque mot, je les avais directement en image dans ma tête, m’animant de désirs fous presque incontrôlables.

« Je gémis et passe la main dans ses cheveux, je m’accroche, pas trop fort, et essaie de lui imprimer un certain rythme ».

« Je la veux ! », c’était ce que je m’étais dis en lisant cette phrase. Finalement, je lus le reste de ce magnifique écrit riche en émotion et le terminai. Elle avait plus que bien réussi le sien. Je repensai à ce qu’elle avait écrit et tentai de comprendre les causes de mon mal-être. Nous étions tous les deux l’un contre l’autre et tout allait pour le mieux. Nous étions unis et ne pensions à rien d’autre qu’à nous.

Je posai ma tête sur mon bureau, résigné. J’avais enfin trouvé la cause de mon mal-être au vu de ses mots ; c’était le regret.



Note Actuelle: 15.75


Dernière édition par Le Chapelier Toqué le Mar 5 Aoû - 2:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Iréelle
Reine des Plumes
Reine des Plumes
avatar

Féminin
Nombre de messages : 592
Age : 26
Localisation : Orléans (45)
Humeur : Lost. Compétement perdue. Je n'sais même plus ce que j'espere...
Date d'inscription : 09/05/2008

MessageSujet: Re: Attention! Zone de défi!   Lun 4 Aoû - 23:02

Défi numéro 7 : Un combat des plus toqué


C’était une belle journée d’août, le soleil brillait intensément et l’atmosphère était étouffante. Les passants étaient tous habillés très légèrement pour tenter d’échapper à la chaleur suffocante. Elisabeth ne faisait exception à la règle, vêtue d’une simple robe blanche, elle attendait avec impatience sa meilleure amie. Morgane, apparut bientôt au coin de la rue, elle aussi portant une tenue relativement légère.
« Ma che bella ! T’es top ! S’écria Morgane à la vue de son amie.
- Alors prête pour la chasse, ma p’tite fraise tagada ?
- Et comment ! On finiras bien par en trouver un.
- Ou deux…
- Ouais, un pour chacune, on aura pas besoin de partager ! » Lança t-elle d’un air malicieux.
Les deux copines partirent joyeusement en direction de la galerie commerciale.

Après quelques boutiques visitées, Morgane s’adossa contre un mur pour se reposer.
Appuyant ses bras contre la fraîcheur du béton blanc elle gémis :
« Nein, c’est pas possible, pourquoi on en trouve pas ? Qu’est ce qu’on a de moins que les autres ? Y’en a plein qui trouvent ! Pourquoi pas nous ? »
Elle soupira, visiblement agacée et commença a pianoter sur le clavier de son portable comme pour évacuer toute nervosité qui commençait à l’envahir.
Soudain, Elisabeth l’interpella :
« Eh Morgane ! Regarde plutôt de ce côté ! »
Morgane tourna la tête dans la direction indiquée par jolie brune.
« Ah ouais, pas mal… Grand, brun… Bon, il a du charme, je ne le nie pas mais c’est pas mon idéal à moi.
- Quoi ? Mais il est canon ! Avec beaux yeux bleus, il a l’air très sûr de lui, il a cet espèce quelque chose qui m’attire : l’homme idéal quoi ! Enfin, il a l’air de s’en approcher.
- Oui mais non. Je te le laisse volontiers. Je m’en trouverais un autre.
-…
- Et arrêtes de le fixer comme ça ! Il va nous prendre pour des dingues ! »
Morgane éclata de rire à la vue d’Elisabeth. Rire qui eu pour effet d’attirer l’attention de l’homme qui les regarda d’un air curieux. Seulement, une fille s’approcha de lui et l’embrassa langoureusement devant l’air abattus d’Elisabeth.
Morgane retins un rire, se laissa glisser le long du mur et la détourna du couple avidement enlacé.
« Nein ! C’pas possible ! Ils sont tous pris ! Finalement c’était pas l’homme idéal hein ? Enfin, personnellement, je préférerais qu’il soit célibataire quand je le rencontrerais.
- Je ne pouvais vraiment pas deviner qu’il était pris, mais bon je ne perds pas espoir pour autant.
- Bon, on repart à la chasse alors ! Je suis motivée là ! »

Après plusieurs heures de recherches infructueuses, elles décidèrent de sortir de la galerie commerciale et commencèrent à se promener au hasard des rues. Le soleil faisait toujours régner une chaleur torride et commençait à décourager les deux jeunes filles.
« Neiiiiin ! C’est quand même effroyable ! On a fait au moins des centaines de magasins…
- Oui, au moins…, ironisa Elisabeth.
- Bon, j’exagère peut être mais on en a fait pas mal et on n’en a pas trouvé un seul !
C’est dingue ! »
Morgane soupira une nouvelle fois, visiblement déçue.
La deuxième jeune fille, confirma sa déception en l’imitant.
« Ich habe immer Pech…
- Et en français, ça donne quoi s’il te plaît ?
- J’ai la poisse ! , Traduit Morgane avec un sourire en coin.
-…
- Oui, oui, je sais, tout ce que je sais dire en allemand est follement utile !
« Meine kleine Kartoffel » « Ich bin völlig blau » et mes deux préférés « Arschloch » et « Leg ab »…
-Hum… « Leg ab » c’est pas mal, c’est facile à retenir en plus ! »
Elles éclatèrent de rire devant l’air quelque peu ambiguë de Morgane.
« T’as ton regard pervers là p’tite fraise !
-Moi ?, rétorqua t-elle d’un air faussement offusquée, Une fraise peut elle être perverse ? Et puis, tu sais bien que je suis une jeune fille pure et chaste hein…
-Toi ? Pure et chaste ? Qu’est ce qu’il faut pas entendre !
- Quand on ne me connaît pas…
- Oui mais moi je te connaît ! »
Leurs rires redoublèrent lorsque Morgane manqua de s’étouffer.
« T’as vu ? T’as vu ?
-Vu quoi ?
- Regardes sur le trottoir en face. Nan mais discrètement s’il te plaît. »
Elisabeth tourna doucement la tête et aperçu ce que Morgane observais avec tant d’envie.
Un homme d’une vingtaine d’année, plutôt grand et mince, à la silhouette musclée. Il était brun avec de grands yeux sombres. Habillé d’un simple jean et d’un t-shirt blanc, il était très loin d’être désagréable à regarder.
« Il ressemble à Mysty.
- Je sais… Et il a quelque chose que Mysty n’a pas. Regarde bien. Pas trop quand même.
- En effet… Très intéressant.
- Oui mais doucement là ! Je te vois venir. C’est moi qui l’ai vu en premier.
- Mais y’en a qu’un.
- Oui, ben, j’y peux rien. Première arrivée, première servie non ? »
La discussion avait pris un tour quelque peu animé et le garçon s’était tourné vers elle, l’air curieux et plutôt flatté.
Les deux filles se regardaient d’un air méfiant, un peu crispé.
« A la base, c’est pour moi que nous étions venues non ?
- A la base.
- J’hallucine ! Tu vas pas faire ta garce ! Tu vas me le laisser dis ?
- Je suis désolée mais bon, y’a pas que toi qui as des envies. Te prends pas pour le centre du monde non plus ! J’vois pas pourquoi je devrais rester dans l’ombre pendant que Mademoiselle se satisfait !
- J’y croit pas… ricana ironiquement Morgane, le regard sombre.
-…
- Ca fait des mois que j’en cherche un ! Et là, il me tombe presque dans les bras, j’ai plus qu’à user un peu de mes charmes et je peux en profiter !
- Mais moi aussi j’ai envie de profiter !
- Là, tu fais vraiment ta pétasse ! »
La discussion semblait devenir un affrontement et le ton montait.
L’objet qui paraissait être au centre de la dispute avait un sourire en coin. Le brun s’était assis sur le banc qui longeait la route et faisait mine de ne pas prêter attention aux deux amies, malgré de fréquents coups d’œil dans leur direction.
« C’est toi Morgane qui paraît franchement ridicule sur le coup.
-Ridicule ? Tu te fous de moi ! Je te fais confiance et toi tu me poignardes dans le dos ! T’es sensée être ma meilleure amie je te rappelles !
- …
- Je m’en fiche, je reste sur mes positions. C’est moi qui l’aurais et personne d’autre. Je veux avoir le plaisir d’être la première qui posera la main dessus.
- A mon avis, ses propres mains se sont déjà posées dessus.
- Fais pas celle qui ne comprend rien, c’est une façon de parler.
- T’as une drôle de façon de parler quand même ! Ton mélange français-anglais-espagnol-allemand-italien-langue-que-personne-connaît ça saoule énormément les gens tu sais ?
- C’est tout ce que tu as trouvé comme argument ? Hör auf, du gehst mir auf die Nerven !
- Tu es…exaspérante.
- Je sais, c’est ce qui fais mon charme, rétorqua Morgane, un regard enjôleur.
- Ton charme, ton charme, ça ne m’étonnerait pas qu’il s’enfuie en courant avec ta tenue. Je suis désolée de te le dire aussi directement mais… Ta tenue fait vraiment…
- Vraiment quoi ?
- Oh ! Très professionnelle…
- Pro… ?! C’est hallucinant comment tu peux être blessante et de mauvaise fois parfois ! C’est vraiment salaud ça ! Et puis, je crois me rappeler qu’il y a certaines personnes que ça ne dérange absolument pas. Quand à toi, passes encore qu’il y a du monde au balcon, comme ça c’est proportionnel au reste.
- Y’a que la jalousie qui fait parler.
- Jalouse moi ? De quoi ? C’est toi qui es abjecte ma pauvre !
- Toute façon c’est toi qui flancheras la première, j’attend de trouver un moyen…
- T’as pas essayé la violence encore tu sais ?
- Vraiment ?
- Vraiment. »
Morgane lançait des éclairs à travers son regard et, avec la tension qui régnait dans l’air, l’atmosphère était encore plus étouffante.
Elisabeth leva la main d’un air vexé et abattit magistralement sa paume sur la joue de Morgane. Elisabeth pressa le pas en direction du jeune homme, quand tout à coup, elle trébucha, s’étala de tout son long sur le bitume brûlant. Morgane poussa un rire hypocrite, car en réalité, elle venait de lui faire un croche-patte. Morgane s’agenouilla à côté d’Elisabeth saignant du nez et lui glissa quelques mots inaudibles. Puis elle se leva rapidement, et elle l’injuria :
« Nan, mais quelle sotte es-tu ?
Tu ne regardes jamais où tu marches ? Tu ne regardes jamais où tu marches, tu as une nouvelle vocation : embrasser le bitume ? »
Elle la regarda, prit un air désolé et lui lança :
« Désolée, mais ça fait tellement longtemps que j’en avais envie que j’ai des sortes de pulsions incontrôlables qui montent en moi. Sans rancune ? »
Elle quitta vite son masque hypocrite et s’arma d’un grand sourire.
D’un pas victorieux, elle s’avança vers le fruit de sa passion.

Le jeune homme lui, avait suivis attentivement les attitudes et réactions des deux jeunes filles. Apparemment la petite blonde avait pris le dessus et son amie semblait abdiquer tristement. Passant une main dans ses cheveux, il regarda la scène en coin : effectivement la brune s’était rassise pendant que la mince silhouette s’avançait vers lui.
« Salut !
- Salut…
- Désolée de t’aborder de la sorte…
- Ah, mais ne t’excuses pas, c’est toujours flatteur.
- Je peux…m’asseoir ?
- Je n’en demandais pas moins. Plus peut être mais pas moins…
- Morgane, lui lança t-elle avec un grand sourire.
- Jeff, Dieu vivant pour celles qui ne connaissent pas très bien mais, pour toi, je ferais simple. Jeff ça ira très bien. »

Elisabeth regardait son amie de loin, tendant l’oreille pour tenter d’attraper au vol quelques brides de la conversation. Elle était quand même douée, Morgane, paraissant pourtant timide de premier abord, elle pouvait se montrer d’une assurance incroyable. Surtout quand elle voulait quelque chose. Après des mois de recherches, la volonté de Morgane avait du atteindre des sommets, aussi Elisabeth ne doutait pas qu’elle emploierait tous les charmes et les capacités dont elle pouvait faire preuve.

« Espagnol ? Vraiment ? J’adore cette langue, le pays, tout… Je trouve ça très…sensuel.
- Sérieux ? »

Oui, elle se débrouillait bien. Dans quelques instants tout au plus, elle serait parvenue à ses fins. Elisabeth se réjouissait à l’avance du fait qu’elle pourrait également en profiter. C’était un de leur petit moment plaisir entre copines. Elles avaient vraiment été stupides tout à l’heure, la nervosité avait du monter sans qu’elles ne s’en rendent compte : le bac, l’annonce prochaine des résultats, tout avait du contribuer à créer des tensions. Mais comme d‘habitude elles n’allaient jamais très loin. Le fait qu’il n’y en ait qu’un n’aurait rien changé. Elles en auraient profité ensemble. Comme toujours.

Pourtant un homme s’avança vers la jolie brune.
« Ca va Mademoiselle ?
- Oui ce n’est rien, vous vous appelez ?
- Mathias, celui qui te séduira, ta tentation.
- Tu n’es pas obligé dans faire autant, mais c’est ce que je recherchais. Au fait, j’en oublierai les politesses. Moi, c’est Elisabeth …
- Laisse moi deviner, la belle, l’irrésistible. »
Un bruit qui semblait venir de sa poche coupa la conversation, il s’agissait de son téléphone.
« Je suis désolé, je dois y aller. Puis-je avoir ton numéro, comme cela j’aurai l’opportunité de faire le premier pas. »
La brune le renseigna vivement puis le regarda partir.

Surprise de ce renversement de situation, Elisabeth resta un instant bouche bée et reporta son attention sur son amie et le beau jeune homme brun qui lui souriait.

« Hum…je prend ton numéro alors ? Au nom de quoi ? De Dieu Vivant ? »
Ils bavardèrent encore un instant puis Morgane commença à se prendre la tête entre les mains, d’un air affligé.
« Qu’est ce qu’il y a ? Ca ne va pas ? lança Jeff d’un air inquiet
- Oh, si, juste que je n’ai pas mangé depuis un bout de temps et j’ai la tête qui tourne, je…
- Tu as faim ? Tiens euh…
Jeff plongea sa main dans son sac à dos et en sortit une boîte bleue et brune. Morgane releva vivement la tête, le regard avide.
- Sérieux ? Merci beaucoup !
- Mais de rien, ça ne me ressembles pas de laisser une jolie demoiselle en détresse.
- Bon, et bien, je suis vraiment désolée mais… Je vais devoir y aller. Le tram n’attend pas et…Enfin bref, j’ai ton numéro donc voilà. »
La boîte à la main, elle se leva, et se dirigea vers son amie, sans même se retourner.
Jeff observa attentivement les deux jeunes filles : non seulement elles ne prêtèrent absolument pas attention à lui mais Morgane brandit d’un air qui semblait victorieux la boîte assez curieuse qu’elle tenait à la main. Il s’agissait d’un paquet d’Oreos, qui était en réalité le fruit de leurs convoitises.
Elisabeth la prit dans ses bras et lui tapa dans la main avec un grand rire :
« Ca y est ! On en a enfin trouvé un ! Un paquet ! Enfin !
- Oui, ça fait du bien, ça faisait tellement longtemps que j’avais envie d’en manger !
- Victoire ! Après des heures de recherche acharnées !
-Alors ?
- C’est bon, c’est bon. On a été connes sur ce coup. Franchement, ça n’en vaut absolument pas la peine.
- Ouais, excuses moi, je ne sais pas ce qui m’a pris. C’est un peu stupide mais…
- Non, non, j’ai également été stupide. Aller, on oublie tout ! »

Jeff semblait avoir changé de couleur.
Il les regardait se sourire en bavardant gaiement, sans même plus se soucier de lui, qui était toujours assis sur le banc, de l’autre côté de la rue.
Les deux filles se dirigèrent alors vers la station de tram au bout de la rue. Jeff lui n’avait pas bougé d’un air abattu, il regardait à présent le tram dans le lequel s’étaient engouffrées les deux amies.
Ce n’était donc pas lui qui avait suscité ces déchaînements de passion ? Il n’était donc pas la cause de ces fameuses « pulsions » ?

Cependant, il n’eut pas l’occasion d’entendre la fin de la conversation.
« Mais, Morgane, il était quand même pas trop mal, à bien y réfléchir.
- Je sais…
Elle se tourna vers Elisabeth avec un air malicieux.
- C’est bien pour ça que j’ai pris son numéro de téléphone.
Elle brandit un bout de papier sous le nez de son amie.
- Tu ne crois pas que je vais le laisser s’enfuir comme ça non ? »


/!\ Ne pas cliquer sur le spoiler avant d'avoir lu entièrement le défi /!\

Spoiler:
 



Note Actuelle : 16

_________________
°
Because...
I try to be Someone.

°


Dernière édition par Iréelle le Mar 5 Aoû - 3:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Attention! Zone de défi!   Mar 5 Aoû - 3:16

Défi numéro 8: Batman's End


Cible : Julienleery

Salut mon lapin Very Happy, et oui, cette fois c’est toi que je défi, et quel défi ! Je te demande de nous (toi et moi) incorporer dans l’univers DC et comme dans tous méchants de cet univers, de nous créer une personnalité, une psychologie, une histoire, le tout aboutissant à un combat contre Batman, ce dernier étant comme l’indique le titre, le symbole de la fin de Batman.

Voilà voilà, concept simple, mais j’ai tout de même hâte de voir ça !!!

(un défi sûrement un peu plus long que ceux vu jusqu'à présent mais je te fais confiance Smile )

Bonne chance mon ami !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Attention! Zone de défi!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Attention! Zone de défi!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TNT française en zone frontalière
» Tank zone n°11
» [JEU] ANTIGEN : Attention aux méchants microbes [Gratuit/Donation]
» [Le Grand, Alain] Promenades en zone rouge
» Attention aux mirettes : collection de fou !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nom d'une Plume ! :: La Plume en discute :: Salle de Jeux-
Sauter vers: