Nom d'une Plume !

Le forum où vos mots n'attendent qu'à être lus...
 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La maison de l'étranger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
michel93
Plume débutante
Plume débutante


Masculin
Nombre de messages : 3
Age : 61
Localisation : paris
Date d'inscription : 25/01/2015

MessageSujet: La maison de l'étranger   Lun 15 Juin - 18:41

Cette histoire ce passe dans un petit village de l’Est de la France appelé Sainte-Clotilde. La commune se trouve près de la forêt de Verdun. Sainte-Clotilde  est un village dont les 382 habitants, en 1913, vivent principalement de l'agriculture et du travail du bois. Dès 1850 un intense développement industriel est amorcé, construction d’usine, développement du réseau ferré, etc.,  qui s’accompagne d’un besoin de main d’œuvre. Les usines recrute jusqu’à 200 km aux alentours des villages et les saint-Clotidiens n’échappe pas à cette règle ceux qui ont besoin d’un emploi n’hésite pas à déserté leur village. Durant ces besoins en main d’œuvre il en ai un que le village de Sainte-Clotilde avait un grand besoin, c’est d’un boulanger car la désertification du village en cette fin de 1913 toucha le seul boulanger du village qui aspirait à une vie meilleur. Au début de 1914 le petit village à peine réveillé vit arrivé à l’aube, un homme à la couleur de peau basané, aussitôt le maire du village fut avertit par une femme qui craignait pour la tranquillité du village, en effet Sainte-Clotilde n’ai pas habitué à voir des étranger traverser le village. Le maire alerté par cette femme alla à la rencontre de cet étranger sans oublier au passage d’appeler Gustave le Marechal Ferrand du village, un homme au physique impressionnant, un visage dur portant une moustache comme il s’en fait dans les années 1900, vêtu d’un pantalon a grosses cotes en velours rehausse de bretelle et bien sur de son ceinturon.
Arrivé à la hauteur de l’étranger Monsieur le Maire ce planta devant lui afin de lui bloquer le passage aider par Gustave qui ce dressa au coté de Monsieur le Maire digne d’un garde du Corps d’une personnalité. L’étranger surprit, s’arrêta net, l’air étonné un peu hagard, il parait avoir peur, réservé.    
- Monsieur le Maire «  Bonjour étranger que venez vous chercher dans notre village »
- L’étranger « Je viens de Verdun ou l’on m’a dit que votre village était à la recherche d’un boulanger »
Le Maire se tourna, surpris par la réponse de l’étranger vers Gustave l’air interrogatif (que répondre a cette question posé par l’étranger).
- Gustave l’air agressif « tu arrive de Verdun mais tu n’a pas la tête d’un Verdunois, tu viens d’où et comment tu t’appelle ? »
- L’étranger « si je viens de Verdun et je m’appelle Mohamed Brahiche et je suis Algérien »
- Que viens-tu faire en France Mohamed lui demande alors le Maire qui se sent en sécurité avec Gustave.
Mohamed explique au Maire son envie de venir travailler en France, en essayant bien sur de le convaincre
- Le Maire «  as-tu déjà travaillé dans la boulangerie »
- Mohamed « dans mon village en Algérie je suis boulanger, et je serai vraiment heureux de vous faire connaitre mes spécialités et mon savoir »
Le Maire tout d’abord interrogatif, décida de faire confiance à Mohamed et lui accorda de faire un essai dans la boulangerie du petit village. Monsieur le Maire proposa à Mohamed de prendre une cabane laissé à l’abandon par un agriculteur partis travaillé dans les chemins de fers de l’Est. Mohamed pris possession de sa nouvelle maison. Au bout de quelques mois, après avoir fait découvrir ses capacités de boulanger Mohamed devient intégré au village de Sainte-Clotilde. Durand cette période l’actualité est très dure en effet suite à la guerre qui se présente à l’horizon, nous sommes à fin juin 1914 et l’archiduc de Hongrie vient d’être assassiné. Sainte Clotilde est bien loin de toutes ces préoccupations concernant la guerre, le travail ce fais de plus en plus rare se qui préoccupe réellement les habitants de Ste Clotilde. Par une belle matinée très chaude du mois d’Aout 1914 la déclaration de la guerre vient d’éclater et inquiétant la population de Ste Clotilde. Ce jour du 3 Aout 1914, Madame Debarue Augustine âgée de 92 ans et native de Sainte Clotilde  se rend à la boulangerie de Mohamed. Bonjour Monsieur Mohamed je voudrais un pain de campagne comme vous savez si bien le faire lui demanda Augustine,  Mohamed s’exécuta et lui demanda avec gentillesse, avec ça Madame augustine il vous faut autre chose ? Écouté Monsieur Mohamed j’aimerai que vous passiez chez moi ce soir Mrs le Maire sera présent je souhaiterai vous avoir à diner, volontiers Madame Debarue je viendrais diner ce soir ?
Le soir du 3 Aout 1914, Mohamed arrive 20h00 au domicile d’Augustine, celle-ci l’accueil au coté de Mrs le Maire. Essayer vous Monsieur Mohamed j’ai des choses dont je souhaiterai vous parler voila comme vous pouvez le savoir je suis née au village ainsi que toutes ma famille depuis de nombreuses générations, mes ancêtres ont possédés une bonne partis des maisons ainsi que la fameuse boulangerie dans laquelle vous travaillé. J’aimerai avoir l’honneur et le privilège de vous offrir une des maisons appartenant à ma famille «  Le Mas d’Espolette  » ainsi que la boulangerie dont vous serez propriétaire. En effet je souhaite que vous en preniez possession a partir d’aujourd’hui et Monsieur Caron notaire de Verdun avec la présence de Mrs le Maire arrivera avec les papiers à signer, j’espère que cela vous fais plaisir Mohamed.
Mohamed surpris de la déclaration de Madame Debarue Augustine resta stupéfaits et accepta la donation d’Augustine et c’est ainsi que Mohamed Brahiche devint propriétaire d’un Mas et d’une boulangerie.
Mohamed pris ainsi possession de son Mas et de la boulangerie.
L’année du 11 Novembre 1918 arriva et mis fin à de nombreuses années de souffrances pour les civils et les militaires, une France détruite à reconstruire. Au mois de février 1919, 3 mois après la fin de la guerre, le village de Ste Clotilde vu revenir un grand nombre de ses enfants et un certain Jules Debrabant d’origine Corse mais née au village. Celui-ci partis sur les chemins de fer de l’Est, fut réquisitionné en début de la guerre et envoyé au front. Jules à été fais prisonnier en 1915 et placer dans un camp de prisonnier jusqu’a la signature de l’armistice. Quand Jules à été libérer il est rentré meurtri de cette guerre ou il l’a vu tombé à ces coté de nombreux copains des chemins de fers de l’Est. Jules est née au village, il a grandi auprès des nombreuses jeunes filles présente au village et surtout une d’entre elle dont il était tombé amoureux Germaine fille de Madame Debarue Augustine. En ce jour de retour, Jules retourna chez ses parents surpris mais heureux du retour de leur fils. Sa mère annonça que Germaine avait bien changé suite au questionnement de Jules et que ce n’était plus la jeune fille que Jules avait connu auparavant. Interloquer Jules souhaita rendre visite à Germaine donc il se rendit chez Mme Debarue Augustine, arrivé chez Augustine, il tape et demande à voir Germaine après un cour  moment d’attente, Germaine apparait sur le pas de la porte, celle-ci est d’une beauté éblouissante, grande blonde aux cheveux long et d’une élégance incroyable ce qui met Jules dans une stupeur sans mots. Bonjour jules lui lança Germaine d’une voix douce et d’un calme elle lui dit, je suis contente de te voir depuis ces nombreux mois d’absences cela me fais réellement plaisir. Jules après un moment de ébahissement il lui dit «  bonjour Germaine tu es la première à qui je rends visite, tu sais durant toutes ces années tu ma manqué »  « je suis toujours amoureux de toi » « écoute Jules lui dit Germaine durant toutes ces années de nombreuses femmes se sont retrouvées veuve et moi sans un signe de ta part durant de nombreux mois j’ai pensé que je ne te reverrai plus et heu ! En faite il y a quelques mois je suis tombé amoureuse, et  je suis tombé enceinte. Jules rentra dans une colère et ensuite tout en partant menaça de mort Germaine.
La semaine d’après, la mort d’Augustine Debarue, vint bouleverser le village entier sauf Jules, qui tenait pour responsable Augustine de ne pas avoir surveillé sa fille en attendant son retour. L’enterrement se fit dans une grande simplicité tel qu’Augustine la souhaité. La présence de Mohamed auprès de Germaine durant la marche à destination du cimetière souleva des questionnements de la part de Jules (qui est ce Mohamed propriétaire du Mas d’Espolette et trop proche de Germaine) Le lendemain de l’enterrement d’augustine, jules rendit visite à Mohamed au Mas d’espolette afin d’avoir des éclaircissements et la en arrivant à la demeure il vit Mohamed et Germaine enlacé sur le pas de la porte et dans une étreinte éternel. Jules décida de revenir plus tard et fit demi-tour.
La colère de Jules devint de plus en plus présente, jules ce mis à proférer des menaces de mort dans le village a voix haute, de plus en plus il rentra dans des colères incroyables qui faisaient peurs a tous le monde au village a tel point que Mrs le Maire décida de demander l’internement de Jules et c’est ainsi qu’un matin les gendarmes sont venues interpeller Jules afin de pratiquer a son internement, mais dans un esprit de sauvegarde, Jules réussi a sans fuir et à ce caché dans la foret qu’il connait très bien. Une chasse à l’homme fut organiser afin de retrouver Jules mais rien n’y fait après de nombreux jours de recherche celle-ci resta vaine, aucune trace de Jules.
La vie  poursuivi son cour au village. Mohamed et Germaine se marièrent et quelques semaines plus tard elle mit au monde une merveilleuse petite princesse qu’ils appelèrent Marie. Tout paraissait calme depuis des mois quand une nuit un effroyable crie vient perturber la nuit paisible du village, le crie d’une bête ? Non, le crie de Jules. En effet des randonneurs il y à 2 ou 3 jours ont décrit auprès des gendarmes avoir vue une sorte d’être mi homme mi bête et qui les a mis en fuite. Cette nouvelle bien sur mis en émoi le village entier. Mais ou est Jules et comment vit-il ?
Pourquoi se cacher ? Pourquoi vouloir se venger ? L’amour, l’amour a guidé jules dans une folie extrême, une folie de vengeance. Par une nuit très froide Mohamed rentre chez lui après avoir fini son travail à la boulangerie, il est tard et par ce froid d’hiver Mohamed va vivre ses dernières heures, caché Jules guette sa proie et quand il aperçoit au loin Mohamed qui descend le chemin de terre qui le mène au mas ou l’attendent sa femme et sa fille Jules se jette sur lui, Mohamed a juste le temps de voir briller la lame que jules a levé avant de la faire retombé en lui infligeant une dizaines de coups mortelle. Quelques heures plus tard Germaine ne voyant pas son mari rentré s’inquiète et décide d’aller au devant de lui elle habille alors sa fille et s’engouffre dans le froid avec sa petite fille afin de trouver Mohamed. Au bout d’un certain temps de marche elle découvre avec effroi son mari gisant dans un bain de sang. Mohamed dans un dernier souffle lui donne le nom de son assassin, Jules ! Germaine décide alors d’aller à la gendarmerie afin de les prévenir de l’assassinat de son mari. Le gendarme de faction reçoit Germaine qui est dans tous ses états « que vous arrive-t-il madame lui demande le gendarme » On vient d’assassiner mon époux qui git dans son sang dans le chemin des Huât ! Comment pouvez vous dire ca madame dit le gendarme d’un air douteux. Je vous dis que mon mari est mort assassiné, il a été tué à coup de couteau. Mais calmé vous je vais venir avec vous vérifié ce que vous me dites. Le  gendarme fais appel à ses collègues afin d’accompagné Germaine vérifié la véracité de sa déclaration. En arrivant sur les lieux les gendarmes découvrent une scène épouvantable, Mohamed a été littéralement lacérer sur tout le corps,  des traces de coup de couteau partout et très profonde l’assassin s’est acharné sur lui. Les gendarmes décident donc de raccompagner germaine et sa petite fille chez elle. Certain gendarme décide de resté sur le lieu du crime afin de relevé le maximum d’indices.
Le lendemain matin l’officier de gendarmerie fait convoquer Germaine afin de l’entendre. Asseyez-vous Madame je vous prie dit l’officier à germaine, raconter moi dans quelles conditions avez-vous retrouvé votre mari.
Mon mari a l’habitude de rentré sur les coups de 21h00 mais hier quand j’ai vu qu’il était 21h30 j’ai commencé à m’inquiéter. Ensuite je me suis décider d’aller à sa rencontre sachant que Mohamed passe toujours par le chemin des Huât c’est alors que j’ai découvert mon mari gisant dans son sang.
Avez-Vous autre chose à rajouter lui demanda l’officier ? non lui répondit Germaine je n’ai rien a ajouté. Je vous tiens au courant de l’évolution de l’enquête. Au moment où germaine allait quitter la pièce l’officier lui posa la question « connaissez-vous quelqu’un qui aurait pu vous en vouloir » non Mohamed était tellement gentil que personne ne pouvais lui en vouloir (pleurs et sanglots).Je vous remercie de votre coopération je vous informerai de l’évolution de l’enquête.
Au bout de quelques semaines d’enquête, un matin une vielle dame se présente à la gendarmerie afin de rencontrer l’officier chargé de l’enquête.
Entrer Madame et essayer vous lui dis le gendarme, vous m’avez dit que vous vouliez me voir concernant le meurtre de Monsieur  Brahiche .Oui  effectivement le jour ou Monsieur Mohamed Brahiche c’est fait tuer j’ai tout vu en effet, je sortais comme à mon habitude mon petit chien afin de lui faire faire ses besoins quand tout d’un coup j’ai vu un homme passé en courant et qui avait l’air pressé mais le plus extraordinaire c’est que c’était le Jules, j’ai donc pris peur mais il ne s’est même pas préoccupé de ma présence j’ai donc décidé de faire demi-tour mais tout en me retournant j’ai vu qu’il c’était réfugié dans un taillis quand tout à coup j’ai entendu quelqu’un siffloté je me suis donc arrêté pour voir qui arrivait quand j’ai vu notre malheureux boulanger qui arrivé à la hauteur du taillis c’est fait tuer par le Jules qui s’est acharné sur lui en lui infligeant des blessures avec un couteau. Ensuite il s’est sauvé et j’ai vu le boulanger qui gisait dans son sang.
Mais pourquoi avoir tant tardé pour venir faire cette déclaration ?  Si vous aviez eu le regard du Jules posé sur vous comme moi je l’ai eu vous auriez peut être fais la même chose que moi car durant ces longues semaines j’ai eu peur qu’il ne vienne une nuit me faire la même chose qu’a ce pauvre boulanger. Quand Jules a agressé monsieur Mohamed qu’a-t-il fais ensuite après avoir accompli son meurtre ? Il s’est rendu en direction du Mas d’Espolette ! Comment, il s’est rendu au Mas vous êtes  sur ? Sur,  je l’ai vu comme je vous vois il est partir au Mas. Mais cela change tout. Ecouté Madame je vous remercie d’être passé pour votre déposition qui vas certainement faire avancer notre enquête.
L’officier particulièrement énervé demande à ses gendarme de retourné au Mas afin d’effectuer une perquisition
Arrivé au Mas les gendarmes et leurs Officiers sonnent à la porte et Germaine vient leurs ouvrir, d’un air surprise de voir tous ces gendarmes présents elle demande à l’un des officiers présent le motif de cette agitation comprenez-moi lui dit-elle cela fait peur à ma petite Marie. Ne vous inquiété pas Madame mes agents vont tous simplement procédé à une perquisition de votre domicile car nous avons du nouveau dans l’enquête en effet un témoin visuel nous a dit avoir vu Jules se dirigeant vers votre Mas donc comprenez bien que nous avons des doutes sur votre déclaration. Comment pouvez-vous pensé que j’ai tué mon mari ! La perquisition a duré 1h30 et a permis de trouver des indices qui laissent penser qu’effectivement Jules le jour du meurtre était bien présent au Mas. Madame Germaine Debarue je vous demande de prendre place dans le véhicule nous aimerions vous entendre à nouveau concernant le meurtre de votre époux. C’est suite à la perquisition que Germaine se retrouve à nouveau devant l’officier qu’il l’a auditionné.
Essayer vous madame Debarue, je pense que vous avez des explications à nous donner concernant la présence de Jules dans votre maison. Effectivement, Jules est venu au Mas après l’assassinat de Mohamed mais il faut que vous compreniez que Mohamed m’a volé ma maison ainsi que ma boulangerie. Mais Madame Debarue c’est votre mère qui en a fait donation devant Monsieur le Maire et un notaire je n’arrive pas à comprendre vos dires.
Je n’ai jamais aimé ce Mohamed c’est Jules que j’ai toujours aimé et lorsqu’il a été libérer de son camp de prisonnier nous nous sommes retrouvé pour vivre notre véritable Amour. Je l’avais contacté auparavant par courrier en lui expliquant la situation tout cette inimaginable donation de la part de ma mère qui ne l’oublions était âgée de 92 ans donc certainement pas avec toutes ses facultés mentale. Mais expliquer moi le pourquoi de cet assassinat ?
Je vous l’ai dit Mohamed m’avais dépouillé de tous mes biens qui me revenait directement, imaginer comment Jules qui sortait le pauvre d’une guerre atroce aurait pu reprendre l’activité de boulanger et vivre notre amour. Mais vous oublier votre fille ! Laisser ma fille en dehors de tout ça elle n’ait pas responsable. Nous le savons très bien Madame mais les faits sont là malheureusement vous êtes complice d’assassinat donc condamnable devant une cour d’assise donc vous n’aurez plus votre fille.
L’officier quitte la pièce où se trouve Germaine et reviens qu’au bout d’un certain moment.
Je viens de penser à votre fille il y a bien une solution si vous nous aider à arrêter monsieur Jules vous pourrez bénéficier peut être d’une réduction de peine, réfléchissez à ma proposition je reviens dans quelques instant. Lorsque l’officier revint dans son bureau ou l’attend Germaine il l’a trouve en larme et elle lui dit qu’elle souhaite collaborer. Je vous écoute lui dit l’officier en reprenant sa machine à écrire.
Quand j’ai écrit à jules lorsqu’il était emprisonné afin de lui décrire la situation ? Jules m’a proposé de tout réglé a son retour de la guerre.et nous avons décidé de faire tout pour récupérer mon bien .lorsqu’il fut libérer il revint au village en jouant un rôle ce qui nous a permis d’éviter d’attirer l’attention ? Mais le jour des menaces qu’il à proférer envers moi et Mohamed nous a un peu chambouler notre plan. Effectivement lorsque le Maire décida de faire interné Jules cela contrariait notre plan donc il a été obligé de prendre la fuite. Mais ou s’était-il enfui ? Il est parti dans la cabane abandonné et qui a la réputation d’être hanté ce qui lui a permis d’éviter d’être repris car très peu de gens ne s’approche de ce lieu maudit. Le soir du meurtre nous nous somme retrouvé a la cabane car c’était notre lieu de rencontre et en toute discrétion avant que Mohamed ne finisse le travail et c’est là que nous avons décidé d’agir au plus vite On décida donc que Jules le tuerait ce même jour. J’étais contente j’allais enfin récupérer mes biens mais ce témoin a tout gâcher. Il faut me dire ou se trouve Jules. Après un long moment de silence Germaine entrouvre la bouche afin de lâcher quelques mots pour préciser l’endroit où se trouve Jules. En ce moment il se trouve dans la cabane hanté. L’officier ordonna son arrestation pour cela une partis des gendarmes présent se rendirent à la maison dit hanté. A l’heure arrivé les gendarmes ordonnèrent à Jules de se rendre, ce qu’il fit sans opposer de résistance, fatigue, peur, on ne sera jamais pourquoi Jules n’a pas résister. Jules fut présenter à l’officier qui dans le cadre de l’affaire  fut entendu en tant qu’accusé ces aveux ont permis la mise en accusation et l’ouverture d’un procès qui à durer 5 mois au cour duquel la vérité énoncer le jour du procès faisait froid dans le dos. Germaine fut accuser de complicité de meurtre, d’instigatrice et fut condamner a 20 ans de réclusion criminelle quand a Jules il fut condamner à la guillotine. La petite Marie fut placée dans une famille qui au bout de nombreuses années ce décida à l’adopter. Aujourd’hui Marie est Médecin à Paris ou elle exerce dans le milieu carcéral à la Santé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mdm93.forumactif.org/
 
La maison de l'étranger
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Maison des Français de l'étranger (MFE)
» UN ETRANGER DANS LA MAISON de Patricia MacDonald
» Pâte à tartiner "maison"
» Monter son studio photo maison à coût réduit
» Savage 25 brushless fait maison

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nom d'une Plume ! :: La Plume Musicale :: Fictions achevées-
Sauter vers: